Génocide au Rwanda : la France a-t-elle réarmé les génocidaires ?

Génocide au Rwanda : la France a-t-elle réarmé les génocidaires ?

Mais la directive aurait été néanmoins confirmée par l'Élysée, dans une note signée de la main d'Hubert Védrine, alors secrétaire général de l'Élysée, selon ce haut fonctionnaire. Et pour cause: un article de Patrick de Saint-Exupéry paru ce 28 juin dans la revue XXI vient à nouveau entacher la France.

C'est l'Elysée, sous François Mitterrand, qui a donné l'ordre de réarmer les génocidaires dans le massacre des Tutsis du Rwanda de 1994, a révélé le journaliste Patrick de Saint-Exupéry dans le prochain numéro de la revue XXI, soulignant ainsi que Paris a soutenu le régime criminel hutu.

Dans un article intitulé " Réarmez-les", il affirme que les autorités françaises auraient sciemment donné l'ordre de réarmer les génocidaires hutus alors mis en déroute, au moment où ils cherchaient à rejoindre le Zaïre (actuelle République démocratique du Congo). Selon ce spécialiste du conflit rwandais, l'ouverture des archives n'a pas été effective en raison du "constat qu'a réalisé ce haut fonctionnaire qui a vu des documents extrêmement compromettants". "Alors que je revenais d'une mission d'exfiltration qui s'était mal passée, le commandant adjoint de 'Turquoise' sur la base de Cyangugu m'a demandé de retenir l'attention de journalistes pour laisser passer un convoi d'armes vers le Zaïre".

Aulas et le mauvais timing pour Giroud — Lyon
Et c'est la raison pour laquelle les Gones pourraient être contraints de laisser le champ libre à l'OM sur ce dossier. Pour rappel, West Ham et Everton s'intéressent également à la situation de l'international français .

L'information avancée par le journaliste français est corroborée par l'officier Guillaume Ancel qui a été déployé au Rwanda dans le cadre de l'opération " Turquoise ". (...) Il y avait une dizaine de camions chargés de containers.

Celle-ci rappelle qu'avant comme pendant le génocide, la DGSE (le service de renseignement extérieur français) avait régulièrement alerté les responsables politiques sur la "stratégie de provocation " des extrémistes hutus de l'entourage du président Juvénal Habyarimana - alliés de Paris -, puis sur leur implication directe dans les massacres de masse commis contre les Tutsis et les opposants hutus d'avril à juillet 1994. Pour l'ancien Secrétaire général de l'Elysée, la France n'aurait fait qu'honorer ses accords avec un pays francophone allié.

Related Articles