La cup, plus nocive que les tampons — Santé

La cup, plus nocive que les tampons — Santé

Pourtant, ils ne favoriseraient pas les chocs toxiques, comme le révèlent, mardi, les premiers résultats d'une étude menée à Lyon, après une hausse du nombre de cas déclarés.

Pour autant la maladie est bien présente, "4% des femmes seraient porteuses de la toxine" indique le Pr Lina.

A lire aussi: Origine, symptômes et séquelles du choc toxique lié aux règles, une maladie méconnue et virulenteComment se développe l'infection?

Pour les tampons comme pour les coupes, Gérard Lina et François Vandenesch, qui dirigent le Centre national de référence (CNR) des staphylocoques, .

De plus, dans le même temps, les cas se sont multipliés en France. Ces dernières permettent en effet une arrivée d'air plus importante, donc d'oxygène, ce qui favorise la croissance du staphylocoque.

Sous collecte de près de 700 tampons usagés, les analyses font disparaître toutes suspicions sur le tampon.

Les règles d'utilisation des coupes menstruelles doivent s'inspirer de celles des tampons. Mais ils alertent sur le fait que les coupes menstruelles augmenteraient le risque de développer cette pathologie.

Choc toxique: les tampons et coupes périodiques ne sont pas en cause selon le CNR de Lyon         By Guillaume Bouvy
Choc toxique: les tampons et coupes périodiques ne sont pas en cause selon le CNR de Lyon By Guillaume Bouvy

Lors de l'étude, les chercheurs ont choisi de tester les marques les plus utilisées ainsi que des tampons ayant des compositions différentes et ont essayé de reproduire les conditions de culture se rapprochant le plus de celles du vagin avec peu d'oxygène.

L'étude menée pour définir le rôle des tampons dans l'apparition de staphylocoques dorés a révélé "qu'aucun dispositif ne stimule la production de la toxine qui provoque le choc toxique". Pour les coupes comme pour les tampons, mieux vaut éviter de les porter la nuit, pendant son sommeil, et plus de six heures d'affilée au cours de la journée. "Quand on les utilise correctement, le risque est moindre, mais pas de zéro", rappelle le Pr Lina.

Face à l'augmentation alarmante du nombre de syndrome choc toxique (un seul cas en 1994 contre vingt-deux en 2014) et le questionnement récurrent sur la dangerosité des tampons, une équipe de chercheurs des Hospices civils de Lyon a souhaité en savoir davantage sur le développement de la bactérie responsable de cette affection potentiellement mortelle: le staphylocoque doré. D'après lui, le choc toxique résulterait plutôt "d'un défaut d'information" sur l'utilisation du tampon, notamment sur la manière dont ils sont portés ou qu'ils le sont de trop longues périodes.

L'enquête lancée en 2016 par le Centre National du Staphylocoque des HCL, "a été une réussite", expliquent les hôpitaux lyonnais. Pour les tampons, il faut en changer toutes les 2h à 4h maximum le jour, et la consigne pour la nuit reste la même.

Enfin, l'enquête nationale sur le bon usage des protections périodiques se poursuit et continue à solliciter des femmes volontaires.

Dans les années 1980, la mortalité liée aux chocs toxiques était de 20 à 30 %.

Mercato - Rami aurait convaincu Bacca de venir à l'OM !
Une révélation surprenante quand on sait qu'il était actuellement en train d'étudier des offres turques. A un an de la fin de son contrat avec le club andalou, Rami pourrait quitter Séville cet été.

Related Articles