L'interdiction des soins funéraires aux personnes séropositives a été levée

L'interdiction des soins funéraires aux personnes séropositives a été levée

Trois jours avant la conférence internationale sur le sida, le "Journal officiel " a publié l'arrêté qui lève l'interdiction de soins funéraires de conservation des corps pour les défunts séropositifs à partir du 1 janvier 2018.

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a signé, jeudi 20 juillet, l'arrêté autorisant les soins funéraires pour les personnes porteuses du VIH ou d'une hépatite, révèle franceinfo. Elle concerne les soins funéraires de conservation des personnes séropositives au VIH ou à une hépatite virale. Une pratique qui leur était interdite depuis près de 31 ans. A partir du 1er janvier 2018, l'interdiction des soins funéraires pour les individus séropositifs ou porteurs d'hépatites cessera de prévaloir, ce qui était le cas depuis 1986, soit plus de 30 ans.

C'est la crainte d'une contamination lors des soins de thanatopraxie, techniques dont le but est de retarder le processus de décomposition, qui était à l'origine de cette mesure.

Un député LREM a peur de devoir manger au McDo
La sortie d'Alain Tourret n'est pas sans rappeler celle d'une autre député En Marche, Julien Aubert. Des déclarations qui lui ont valu de nombreuses moqueries de la part des internautes.

Une décision saluée par les associations. Une bonne nouvelle pour les associations de lutte contre le sida et les maladies infectueuses qui, le 12 mai dernier, avaient appelé le président Emmanuel Macron à supprimer une "discrimination gravée dans le droit français" depuis l'arrêté du 20 juillet 1998, qui fixait la liste des maladies contagieuses portant interdiction de certaines opérations funéraires.

"C'est une grande victoire dans la lutte contre la sérophobie et pour la dignité des personnes séropositives et de leurs proches ", a réagi l'association Aides sur Twitter. L'association ActUp annonce d'ailleurs qu'elle restera vigilante quant à l'application de cette nouvelle mesure par les thanatopracteurs "dont une partie est très réticente face à la fin de cette discrimination".

Related Articles