BATTEMENTS PAR MINUTE : palpitant

BATTEMENTS PAR MINUTE : palpitant

Reparti de la Côte d'Azur en mai dernier, avec le Grand Prix et le Prix de la critique, il a fait parler de lui. À l'occasion de sa sortie en salles, mercredi 23 août, son réalisateur, Robin Campillo revient sur une leçon de vie,"dédiée aux gens qui ont survécu". Cette libre association des énergies constitue le trait le plus immédiatement marquant de 120 battements par minute : Campillo met en scène l'élaboration de la parole et.

Ce vendredi, le Concorde accueille la projection du film 120 battements par minute, Grand prix du jury à Cannes.

Le coût de la vie étudiante en hausse de 2,09% — Rentrée universitaire
Et alors que le gouvernement affirme une baisse de 5 € des aides au logement , la grogne gagne les syndicats étudiants. En régions, quatre villes universitaires appliquent des tarifs supérieurs à 300 €: Lyon, Dijon, Rennes et Tours.

Interventions coup de poing, actions symboliques médiatisées: nous sommes dans les années 90 et les militants d'Act Up Paris réagissent avec force face à l'épidémie du sida. Ils suivent encore des traitements lourds et ils se trouvent parfois dans des situations précaires, comme Didier Lestrade, le fondateur d'Act Up, qui perçoit le RSA. Sur leurs tee-shirts au triangle rose, on peut lire " silence = mort", slogan inventé par les militants d'Act Up-New York, fondée en 1987.

L'histoire de Nathan (Arnaud Valois) et Sean (l'acteur argentin Nahuel Perez Biscayart) sert de décor à la peinture de la société des années 1990, de l'éclosion d'Act Up et de la propagation du virus du sida.

Related Articles