Fortunes diverses pour les universités françaises — Classement de Shanghaï

Fortunes diverses pour les universités françaises — Classement de Shanghaï

Un propos résumé dans un communiqué à l'intitulé relativement clair, " un classement parmi d'autres", et répété dans la matinale de France Inter ce mercredi matin. C'est le classement le plus reconnu, le plus médiatisé.

Le recteur d'Aix-Marseille tempère toutefois ces mauvais. Mais si ce résultat n'est pas bon, c'est "surtout parce que le classement de Shanghai a ses critères qui ne sont pas des critères qui favorisent les petits établissements comme l'École normale supérieure". Huit universités sont dans le top 10 (Harvard, Stanford, MIT, Berkeley.) et 16 dans le top 20 qui contient également trois universités britanniques et une suisse.

L?université parisienne Pierre-et-Marie-Curie est le premier établissement français à apparaître dans le classement de Shanghai, à la 40e position.

Le PSG prête Jesé à Stoke City pour la saison prochaine
Mine de rien, le club de la capitale française avait déboursé 25 millions d'euros pour s'attacher ses services. Le club anglais a officialisé l'arrivée de l'Espagnol de 24 ans sous la forme d'un prêt d'une saison.

Le cabinet indépendant Shanghai Ranking consultant a révélé, mardi 15 août, son classement mondial des universités prouvant que les Américains sont toujours en tête. On en est très loin en France, où l'on devrait s'inspirer davantage du système chinois, où le gouvernement met le paquet depuis des décennies sur l'enseignement supérieur (au prix d'une sélection absolument impitoyable), et ne s'aviserait pas de demander à ses facs de faire des économies en leur coupant les vivres, comme c'est le cas cette année, où l'on coupe 331 millions d'euros de crédits: l'excellence a un prix, et l'on ne monte pas des repas de fêtes avec des clopinettes. La loi Fioraso de 2013 prévoit en effet des Communautés d'universités et établissement (ComUE) dont l'objectif est de regrouper les centres de recherche publics afin de les rendre plus forts à l'international. Ce classement est une préoccupation pour la sphère politique - car liée au financement des universités - et pour les chercheurs. Et attirer des bons chercheurs, c'est un cercle vertueux.

Un podium qui n'a quasi pas évolué depuis la première publication du classement. Le nombre de diplômés ayant obtenu un Prix Nobel ou une Médaille Fields. Même logique pour les publications dans des revues scientifiques. Et 48 dans le top 100. On n'est pas loin.

Le classement académique de Shanghai ne connaît pas le 15 août.

Related Articles