Kagame grand favori de la présidentielle — Rwanda

Kagame grand favori de la présidentielle — Rwanda

Les Rwandais ont afflué aux urnes vendredi et attendaient désormais le résultat d'un scrutin présidentiel promis à Paul Kagame. Bien avant cette date, la diaspora rwandaise, notamment au Kenya, en Ouganda, à Djibouti ou encore en Afrique du Sud, depuis ce mercredi 02 août, a entamé ce processus. Ce dernier a déclenché un génocide qui a fait 800'000 morts entre avril et juillet 1994, essentiellement parmi la minorité tutsi.

Outre Habineza, les autres candidats à la présidentielle en lice sont le président sortant Paul Kagame et le candidat indépendant Philippe Mpayimana. Le fait marquant de cette élection est qu'un parti d'opposition a été autorisé à se présenter à la présidentielle, la première fois dans l'histoire politique du pays.

Plus de 2.300 sites rassemblant près de 17.000 bureaux de vote seront ouverts de 7h à 15h.

En amont du scrutin, les concurrents de Paul Kagame s'étaient plaints de nombreuses difficultés, dont le peu de temps à leur disposition pour lever des fonds et faire campagne. Et lors d'un récent meeting, M. Habineza avait assuré à l'AFP que placarder les couleurs de son parti avait été un vrai défi: "On nous a dit qu'on ne pouvait pas mettre nos drapeaux là où le FPR avait mis les siens, mais malheureusement le FPR a mis les siens partout!".

Bastia perd son statut de club professionnel
Car il a fallu convaincre la DNCG qu'il pouvait évoluer à ce niveau. Bastia accuse des dettes de l'ordre de 20 millions d'euros. Ce suite à une relégation administrative.

Paul Kagame dirige de fait le Rwanda depuis 1994, ses scores aux dernières élections ont dépassé les 90 % et la Constitution qu'il a fait modifier en 2015 l'autorise à rester au pouvoir jusqu'en 2034. Il a d'abord été vice-président et ministre de la Défense, dirigeant de facto le pays, avant d'être élu président en 2000 par le Parlement.

Le président sortant est crédité du développement spectaculaire, principalement économique, du Rwanda, un pays exsangue qui était au sortir du génocide. Mais il est aussi accusé de bafouer la liberté d'expression et de réprimer toute opposition. Selon Robert Mugabe, un des rares journalistes rwandais ouvertement critiques, "il n'y a pas d'élection au Rwanda, juste un couronnement".

Des observateurs assurent que les candidatures de MM. Les résultats ne sont pas attendus avant samedi.

Related Articles