Murielle Bolle libérée sous contrôle judiciaire — Affaire Grégory

Murielle Bolle libérée sous contrôle judiciaire — Affaire Grégory

Murielle Bolle, mise en examen pour son rôle présumé dans le meurtre du petit Grégory Villemin, retrouvé noyé dans une rivière des Vosges le 16 octobre 1984, a été remise en liberté sous contrôle judiciaire par la chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Dijon, ont indiqué vendredi ses avocats.

Murielle Bolle devra également se signaler régulièrement auprès des autorités, et devra se soumettre à un "suivi socio-éducatif", ont précisé ses avocats.

Cette mère de famille aujourd'hui âgée de 48 ans est la troisième personne mise en examen depuis la relance à la mi-juin de cette affaire qui reste une des grandes énigmes judiciaires de ces quarante dernières années.

Adolescente au moment des faits, la jeune fille avait initialement accusé son beau-frère, Bernard Laroche, d'être à l'origine du rapt du garçonnet, avant de se rétracter.

Macron félicite le président du PSG pour le transfert de Neymar
On a voulu lier la marque Neymar avec celle du PSG et c'est très important pour le club, ce qui est plus important que tout. Avant Neymar la valeur du club était d'un milliard, aujourd'hui elle est a 1.5.

Vendredi, les magistrats ont considéré "que le maintien en détention de Murielle Bolle n'est pas nécessaire" à la poursuite de l'instruction, s'est félicité un autre de ses avocats, Me Christophe Ballorin.

"La décision est une décision de remise en liberté assortie d'un contrôle judiciaire strict", a déclaré à la presse Me Jean-Paul Teissonnière. La quadragénaire vivait très mal sa détention provisoire et a même fait une grève de la faim de cinq jours début juillet. Le procureur général Jean-Jacques Bosc s'était opposé à sa remise en liberté "pour les nécessités de l'enquête et l'efficacité des actes à venir", arguant que Murielle Bolle ne serait pas à l'abri de pressions, "compte tenu de ce qui s'est passé en 1984". Mais le lendemain, après une nuit en famille, elle était revenue avec sa mère pour se rétracter, disant avoir parlé sous la contrainte des gendarmes.

Si les enquêteurs considéraient déjà comme établi que Murielle Bolle avait été "malmenée" par sa famille le soir du 5 novembre, un cousin de 54 ans est récemment venu apporter de l'eau à leur moulin.

Related Articles