Sondage : Edouard Philippe devient plus populaire qu'Emmanuel Macron

Sondage : Edouard Philippe devient plus populaire qu'Emmanuel Macron

Deux mois après son arrivée aux affaires, Emmanuel Macron accuse une chute de popularité quasi inédite sous la Ve République, signe d'un profond hiatus entre la communication présidentielle et la " politique d'austérité " conduite par l'exécutif, analyse le politologue Jérôme Fourquet, de l'Ifop.

Il n'a plus la cote auprès des Français. En revanche, 49% (+13) des personnes sondées jugent négativement son action, rapporte Huffington Post.

Le désaveu est particulièrement spectaculaire au sein des sympathisants centristes, auprès desquels Emmanuel Macron perd 14 points en un mois. Ainsi Emmanuel Macron paie-t-il cash l'inexpérience des apprentis-députés de son mouvement, mais également la baisse du budget de la Défense, le bruyant départ du chef d'état-major des armées ou encore la baisse des aides au logement (APL).

Allemagne : 5 millions de diesel seront modifiés
Et pour le coup, les constructeurs allemands ont échappé de peu au pire. Scandale Volkswagen: votre voiture est-elle concernée? .

Selon un sondage YouGov publié ce jeudi, la cote de popularité d'Emmanuel Macron enregistre une nouvelle et forte baisse de 7 points et s'établit en ce début du mois d'août à 36% d'opinions favorables. Le chef de l'État se retrouve même distancé d'un point par le Premier ministre Édouard Philippe (37% d'avis favorables), qui chute lui aussi. Enfin, dans un contexte défavorable au couple exécutif, le gouvernement ne fait pas de miracle: mesurée à 33%, la popularité de l'équipe ministérielle fléchit de 5 points tandis que son action est lourdement sanctionnée par les sympathisants du centre (+13% d'insatisfaits). Près d'un Français interrogés sur deux estime toutefois que le gouvernement est "prêt à prendre des décisions impopulaires si elles sont bonnes pour le pays". Et 32% des personnes interrogées disent avoir confiance en lui pour moraliser la vie publique.

Le chômage et l'emploi (25%, -2) restent les principales préoccupations des Français, devant l'immigration (15%, +1) et la protection sociale (14%, +1).

Related Articles