Coûts de location des box : la DGCCRF épingle Orange, SFR et Bouygues

Coûts de location des box : la DGCCRF épingle Orange, SFR et Bouygues

Dans un courrier, la DGCCRF demande aux opérateurs de respecter la loi en présentant une information complète au consommateur, sans compter à part le prix de location de la box -indispensable pour l'accès à internet- comme le font toujours Orange, SFR et Bouygues Telecom. C'est, en tout cas, ce que Bercy les somme de faire, et plus précisément la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).

L'analyse de la DGCCRF rejoint donc celle de Free, qui est le seul opérateur majeur à ne pas pratiquer la location différenciée de box dans ses offres. Une somme peu importante pour ces entreprises, mais les dommages faits à l'image de marque seront certainement suffisants pour qu'elles s'exécutent. Deux choix s'offrent à eux: augmenter les prix ou bien supporter le coût de la location dans le prix de l'abonnement.

Ajouter 3 ou 5 euros par mois au prix affiché risque de faire un choc pour les Français, ce qui explique que les opérateurs soient très réticents.

De plus en plus de consommateurs sont agacés par les techniques des FAI qui dissocient certains services des tarifs visibles en magasins (une location de box peut coûter entre 3 et 5 € de plus par mois sur la facture finale). C'est de bonne guerre. " Dans le cas où une offre d'accès Internet fixe proposée au consommateur comporte la location payante d'une box, le prix annoncé dans vos publicités et communications commerciales doit indiquer la somme totale qui devra être effectivement payée par le consommateur ", prévient-t-elle.

L'UEFA ouvre une enquête sur le PSG — Transfert
Pour rappel, le fair-play financier a été adopté en 2010 par l'Uefa, pour empêcher les dépenses excessives des clubs. La Juventus était presque sûre que Keita serait avec eux, mais nous avons pris le joueur juste sous leur nez.

Vous l'avez certainement remarqué si vous avez déjà eu l'occasion de comparer des offres d'accès à Internet: les opérateurs français ont cette fâcheuse tendance de ne pas intégrer la totalité des coûts obligatoires dans les tarifs qui sont mis en avant pour appâter de nouveaux clients.

Interrogée par l'AFP, la DGCCRF a rappelé qu'"un manquement aux obligations en terme d'affichage des prix, c'est 15.000 euros (d'amende) pour une personne morale".

Les opérateurs devront modifier leurs informations tarifaires "au plus tard le 1er février 2018", selon le courrier de la Répression des fraudes.

Related Articles