Irak: le Parlement fédéral vote contre le référendum d'indépendance au Kurdistan

Irak: le Parlement fédéral vote contre le référendum d'indépendance au Kurdistan

Pendant le même temps, les sources turques ont révélé qu'Hakan Fidan, chef du MIT, l'organisation des Renseignements Généraux turcs, se rendra en visite cette semaine à Erbil pour, à la fois, mettre en garde les Kurdes, pour qu'ils n'organisent pas leur référendum, ainsi que pour chercher un modus vivendi en vue de la libération de deux de ses agents secrets arrêtés dans la région du Kurdistan, alors qu'ils prévoyaient d'assassiner les dirigeants de la branche souterraine du PKK interdit en Turquie et réfugiés du côté kurde de la frontière.

Ankara et les autorités du Kurdistan irakien entretiennent des rapports complexes: si leurs échanges commerciaux sont florissants, la Turquie élève régulièrement la voix pour critiquer le projet de création d'un État kurde indépendant.

Signe de la menace stratégique que représente aux yeux d'Ankara la création d'un État kurde, l'armée turque a lancé l'an dernier une offensive terrestre dans le nord de la Syrie pour, notamment, empêcher la jonction des territoires contrôlés par des milices kurdes.

Le Parlement kurde irakien a voté vendredi en faveur de la tenue le 25 septembre d'un référendum d'indépendance initié par le président Massoud Barzani qui garde toujours l'option d'un report comme le souhaite Washington.

Brexit : première étape franchie en vue de l'abrogation du droit européen
Mais pour réaliser les modifications nécessaires et transposer le droit européen, le gouvernement conservateur sollicite des pouvoirs exceptionnels.

"Nous appelons par conséquent le gouvernement régional du Kurdistan à annuler le référendum et à entamer un dialogue sérieux et durable avec Bagdad, ce que les Etats-Unis se sont dits prêts à faciliter", dit la Maison blanche dans un communiqué.

Les responsables kurdes ont affirmé qu'une victoire du " oui " n'entraînerait pas aussitôt l'annonce de l'indépendance, mais leur permettrait de lancer, en position de force, de nouvelles négociations avec le pouvoir à Bagdad.

Le mouvement Gorran, principale composante de l'opposition kurde irakienne, a boycotté la séance parlementaire de vendredi.

Interrogé jeudi sur l'éventualité de sanctions économiques turques en cas de référendum, le porte-parole de M. Erdogan a souligné que la tenue du scrutin aurait " assurément des conséquences ".

Related Articles