Le gouvernement restreint l'accès à Internet mobile à Lomé — Togo

Le gouvernement restreint l'accès à Internet mobile à Lomé — Togo

Une marée humaine de partisans de l'opposition a déferlé à Lomé et dans dix autres villes du Togo, mercredi 6 septembre, pour réclamer une alternance politique, dans un pays dirigé depuis 2005 par le president Faure Gnassingbé. "La dictature se nourrit du silence et de l'inactivité", pouvait-on lire sur l'une d'elles. Objectif: contraindre le régime du président Faure Gnassingbé au retour de la Constitution de 1992 et à la limitation du nombre de mandats présidentiels.

Après les discours des leaders de l'opposition, les manifestants se sont dispersés dans le calme en se donnant rendez-vous jeudi pour de nouveaux rassemblements. Mais l'appel à manifester a été maintenu.

Aucun incident n'a été signalé entre forces de l'ordre et manifestant jusqu'à présent mais il faut rappeler que l'Internet mobile était toujours coupé depuis mardi nuit.

PSG : L'avocat de Ben Arfa menace officiellement le PSG
Déjà privé de la tournée d'été aux États-Unis en juillet, il a été prié lundi dernier de s'entraîner avec l'équipe réserve.

" Le président a déploré les incidents graves survenus à Sokodé et à Lomé lors des manifestations du 19 août [qui ont fait au moins deux morts] et a appelé la population au calme, à la sérénité et à la modération", a affirmé un communiqué publié à la suite du Conseil des ministres, mardi soir, avant des marches de l'opposition qui s'annoncent de grande ampleur. Les candidats à la présidentielle auront une fois élus tout au plus deux mandats, s'ils sont réélus, pour rendre le tablier. " Il n'y a pas de raison législative de le faire, a soutenu le ministre. Mais nous avons besoin d'un consensus pour que cette réforme soit acceptée ", soit les quatre cinquièmes des votes au Parlement, a-t-il précisé.

Son arrivée dans le cortège a été acclamée par des milliers de personnes au rond-point Be Gakpoto de Lomé, épicentre des émeutes qui avaient fait des centaines de morts après l'élection du président Gnassingbé, qui a succédé à son père resté au pouvoir près de quarante ans.

La main tendue du gouvernement et de la présidence n'aura pas suffi à décourager l'opposition.

Related Articles