RDC: au moins 34 réfugiés burundais tués par les tirs de militaires

RDC: au moins 34 réfugiés burundais tués par les tirs de militaires

Nous déplorons la mort d'un militaire Fardc et de 18 réfugiés " burundais, a-t-il ajouté.

Les FARDC ont voulu tirer "des balles en l'air mais ils ont été débordés par les jets de pierres", a déclaré à l'AFP Josué Boji, directeur de cabinet du ministre de l'Intérieur du Sud-Kivu.

Boji, un groupe de réfugiés burundais exigeait la libération de quatre des leurs, arrêtés dans la nuit de mercredi à jeudi puis "expulsés vers leur pays d'origine". Dans le détail, selon des témoins, il s'agit de 32 Burundais dont 15 femmes, un chauffeur rwandais et un militaire congolais.

La MONUSCO parle de la mort d'au moins 36 réfugiés et un officier congolais, en plus de 117 blessés.

Maman Sidikou, Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en République démocratique du Congo, a condamné ce samedi 16 septembre 2017 " les actes de violence perpétrés à Kamanyola (province du Sud-Kivu) qui ont entraîné la mort de dizaines de personnes et il a présenté ses sincères condoléances aux familles des victimes ".

Ces indices compromettants pour le principal suspect — Disparition de Maëlys
Il s'agissait d'une conversation lors de laquelle ils ont à nouveau raconté le déroulé de la fameuse soirée où a disparu Maëlys . Si les enquêteurs ont déjà arrêté un suspect , mis en examen dans cette affaire, Maëlys reste pourtant introuvable .

Cet incident "nous rappelle que la gestion des camps de réfugiés doit se conformer pleinement aux convention [de] Genève", a encore noté le ministre burundais.

Le HCR précise qu'il a envoyé avec ses partenaires "des équipes à Kamanyola, dont du personnel médical, pour soigner les blessés". C'est ainsi que plusieurs d'entre eux ont réagi.

Ils se sont réfugiés dans la ville congolaise de Kamanyola, frontalière du Burundi, en 2015, avec leur prophétesse après que la police burundaise eut tiré sur eux à Businde (nord du Burundi).

Ces violences ont déjà fait de 500 à 2.000 morts, selon les sources (ONU et ONG), des centaines de cas de disparition forcée et de torture et ont poussé à l'exil plus de 400.000 Burundais.

Selon l'agence des Nations Unies pour les réfugiés, on recense actuellement 44 000 réfugiés burundais en République démocratique du Congo.

Related Articles