Washington impose un vote lundi sur de nouvelles sanctions — Corée du Nord

Washington impose un vote lundi sur de nouvelles sanctions — Corée du Nord

Le Japon lui a revu à la hausse son estimation de la puissance de la bombe à hydrogène que Pyongyang a fait exploser dimanche: selon Tokyo, elle atteint 120 kilotonnes, soit huit fois supérieure à celle de la bombe américaine qui a dévasté Hiroshima en 1945.

Les Européens ont également réitéré leur " soutien au Conseil de sécurité de l'ONU " pour qu'il " prenne de nouvelles mesures de restriction économique " contre Pyongyang, a-t-elle ajouté.

Sur fond de multiplication des essais balistiques et nucléaires nord-coréens, la Corée du Sud se préparait samedi à l'éventualité d'un nouvel essai de missile à l'occasion de l'anniversaire de la fondation de la République populaire, le 9 septembre 1948. Une idée envisagée par Washington qui réclame les mesures "les plus fortes possibles" pour sanctionner Pyongyang. D'une part, il s'agit du laxisme de la part des Etats membres de l'Onu qui n'appliquent pas rigoureusement les sanctions.

Il est 'trop tôt' pour se prononcer sur d'éventuelles sanctions de l'ONU contre la Corée du nord, a affirmé vendredi le ministre russe des affaires étrangères Sergueï Lavrov.

La tension monte depuis que la Corée du Nord a annoncé la réussite de son sixième essai nucléaire.

" L'UE est prête à accompagner un dialogue crédible au niveau politique pour arriver à une dénucléarisation complète de la péninsule coréenne ".

Le Pen n'a plus besoin de Lapersonne — Front national
Pour un adepte des rôles comiques, il n'a pas dû trouver ça drôle. " Nous n'avons pas les moyens de t'établir un contrat ". Franck de Lapersonne , désœuvré depuis sa défaite, aurait donc sollicité un CDD par de très - trop? - nombreux SMS.

Liu Jieyi a demandé l'adoption du plan russo-chinois prévoyant le gel des tests atomiques et de missiles nord-coréens en échange d'une suspension des exercices militaires conjoints des armées américaine et sud-coréenne.

Le président américain Donald Trump et son homologue sud-coréen Moon Jae-In sont par ailleurs tombés d'accord pour supprimer le seuil limitant la charge portée par les missiles de la Corée du Sud à 500 kg. Moscou "appelle toutes les parties au dialogue et à reprendre des négociations", a-t-il dit. "Il n'y a pas de solution militaire", a observé le diplomate russe, en reconnaissant dans le même temps que la Corée du Nord a traité "avec du mépris" toutes les injonctions internationales.

Dès mardi, la marine sud-coréenne a lancé des manœuvres à tirs réels, afin de dissuader Pyongyang de toute provocation en mer. Le pays pour lui ne comprend qu'un seul langage (ndlr: celui de la force). Le secrétaire américain à la Défense, Jim Mattis, a cependant relevé que Washington ne recherche pas "l'anéantissement total" du Nord.

Selon lui, des sanctions accrues contre la Corée du Nord - comme demandées par les Etats-Unis et l'Allemagne - n'auront pas d'effet sur l'attitude de Pyongyang. Il supplie: "sanctionnez la Corée du Nord tant que cela n'entraîne pas de pertes pour les Chinois". Il y a un mois, le Conseil de sécurité avait adopté un septième train de sanctions contre la Corée du Nord, visant à priver ce pays d'un milliard de dollars de recettes tirées de ses exportations de charbon, fer et de sa pêche.

De leur côté, Moscou, Tokyo, Séoul et Paris n'ont pas tardé à condamner cette nouvelle violation de multiples résolutions de l'ONU exigeant la fin des programmes nucléaire et balistique nord-coréens.

Related Articles