Au moins 137 morts et 300 blessés dans l'attentat de Mogadiscio — Somalie

Au moins 137 morts et 300 blessés dans l'attentat de Mogadiscio — Somalie

Plus de 20 personnes ont été tuées samedi par un puissant attentat à la voiture piégée devant un hôtel d'un carrefour commercial fréquenté du centre de Mogadiscio, ont annoncé la police et les services de secours. Un bilan qui pourrait encore s'alourdir.

"Il est très difficile d'avoir un chiffre précis parce que les cadavres ont été emmenés vers différents centres médicaux, et certains d'entre eux ont été enlevés directement par leurs proches pour être enterrés", a-t-il ajouté, précisant qu'il s'agissait du "pire attentat" ayant jamais frappé la Somalie.

"Il y a eu une forte déflagration causée par un véhicule chargé d'explosifs".

" Ce que j'ai vu dans les hôpitaux que j'ai visités est indicible".

Le parquet financier réclame le renvoi de Sarkozy en correctionnelle — France
Les juges d'instruction devront rendre leur ordonnance - de renvoi, en tout état de cause - d'ici la fin de l'année. De leurs côtés, Nicolas Sarkozy et Thierry Herzog ont toujours nié avoir tenté de corrompre un haut magistrat.

L'explosion d'un camion garé devant un hôtel dans un quartier fréquenté de la capitale qui abrite bâtiments officiels, hôtels et restaurants, a fait des dizaines de morts. "Il n'y a pas de pire tragédie que quand quelqu'un vient voir le corps d'un proche décédé et ne peut pas le reconnaître".

M. Farmajo a décrété un deuil national de trois jours et pointé du doigt les Shebabs, groupes d'islamistes somaliens, liés à Al-Qaïda.

Le ministre somalien de l'Information, Abdirahman Yarisow, a condamné l'attaque sur la radio publique Radio Mogadishu affirmant que les militants al-Shabaab étaient responsables du carnage. "Cela montre combien ces éléments violents sont sans pitié, pour viser sans distinction des gens innocents qui ne faisaient que s'occuper de leurs affaires", a déclaré dimanche le président somalien Mohamed Abdullahi Mohamed. Les attentats n'ont pas été revendiqués, mais portent la marque des islamistes shebab, qui multiplient ce genre d'attaques depuis des mois à Mogadiscio.

Related Articles