Bayrou ouvre la porte à un rapprochement avec l'UDI — Modem

Bayrou ouvre la porte à un rapprochement avec l'UDI — Modem

Lors de l'université d'été du MoDem qui se tenait ce week-end à Guidel, sur les côtes du Morbihan, François Bayrou a sonné une nouvelle charge contre certains aspects du projet de loi de finances, qui sera examiné en commission par l'Assemblée nationale à partir du 10 octobre. Il a dit: 'plus jamais nous ne serons des supplétifs'. "Il faut accepter de saisir les occasion", a déclaré François Bayrou. Saisissant "la balle au bond", François Bayrou a immédiatement envoyé ce message à l'UDI: "Si vraiment la déclaration est fondée, si vraiment il a décidé qu'ils ne seraient plus des supplétifs contrairement au choix qu'il a fait de manière continue pendant des années et des années, si vraiment il a décidé de se mettre en marche lui aussi sur la route de l'indépendance, alors il faut que nous en tirions des conclusions", a encore insisté le président fondateur du MoDem depuis 2007.

Rien n'échappe à François Bayrou. De la même façon il a dit "sa fierté d'avoir un président de la République qui fait ce qu'il a dit " et a réaffirmé le rôle du MoDem "d'aider le Président et le gouvernement dans leur action de tous les jours et à bâtir le modèle que la France est en train de construire ". "Ceci n'est pas juste", a-t-il asséné. François Bayrou, qui s'exprimait en clôture de l'université de rentrée du MoDem à Guidel (Morbihan), réagissait ainsi à la déclaration du président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde, qui a estimé dans le Journal du Dimanche que l'alliance avec Les Républicains "n'est plus une obligation". "Si cette chance est offerte, je promets que nous ne la laisserons pas passer".

Poutine détruit ses dernières armes chimiques
Des armes, dont on ignore la quantité, que la Russie avait récupérées au moment de la Guerre froide. De leur côté, les États-Unis ont fixé l'échéance de 2023 pour la destruction totale de leur stock.

Jean-Christophe Lagarde souhaite, "à partir de l'UDI, que nous construisions une force politique nouvelle, rassemblant le centre et la droite progressiste. Ce travail doit être fait", a lancé François Bayrou, dénonçant "une exonération générale et massive de l'ISF qui entre en collision avec la CSG sur les retraités par exemple".

Related Articles