France: offensive sociale de Macron, accusé d'être le "président des riches"

France: offensive sociale de Macron, accusé d'être le

En déplacement sur le site de l'usine Whirlpool d'Amiens (Somme), Emmanuel Macron a été confronté à François Ruffin. Sur place, il a retrouvé comme en avril dernier, François Ruffin.

Menacé de fermeture, l'usine a trouvé un repreneur, une reprise soutenue par une aide de l'Etat et un gros chèque de Whirlpool. "On ne peut pas se réveiller demain!", a lancé le parlementaire. "Je n'ai jamais défendu ni l'intérim, ni les contrats courts, ni la précarité" a rétorqué le chef de l'Etat. "M. Macron avait promis qu'il reviendrait, il le fait, il respecte sa promesse", s'est félicité Patrice Sinoquet, représentant du syndicat CFDT. Et "ça paie", a-t-il insisté. "Mais il ne faut pas oublier les dégâts qu'a fait subir et que continue à faire subir la mondialisation", a-t-il ajouté.

L'élu de gauche radicale a ensuite interpellé le président sur la question des intérimaires, oubliés du projet de reprise.

"Je ne toucherai pas au plan social" Emmanuel Macron a semblé lui opposer une fin de non-recevoir, répondant: "Je suis très sensible au sujet des intérimaires, mais moi je ne toucherai pas au plan social et au plan de reprise".

Pour le jeune chef de l'Etat de 39 ans, cette visite s'inscrit dans un cadre plus large d'une offensive sur le plan social, après avoir été décrié récemment comme "le président des riches". Quelques minutes avant cet échange, Emmanuel Macron avait discuté directement avec des intérimaires.

Première image du prochain Alex Garland (Ex Machina) — Annihilation
Et pour les amateurs d'ambiances fantasques et post-apocalyptiques, la bande-annonce du dernier film d'Alex Garland tombe à point. L'histoire est celle d'une biologiste qui prend part à une expédition gouvernemental sur le site d'une catastrophe écologique.

Alors que les syndicats sont en train de durcir le ton contre la réforme du Code du travail, M. Macron a également été critiqué pour son projet de réforme de la fiscalité et en particulier de l'impôt sur la fortune, qu'il veut limiter au patrimoine immobilier.

"Moi je suis pour qu'il y ait plus de dialogue social dans l'entreprise". "Beaucoup de gens qui dénoncent (les riches, ndlr) en sont parfois quand on regarde les statistiques parce que, dans notre pays, statistiquement, on l'est très vite", a tancé le chef de l'Etat, interpellé par une journaliste de l'AFP. Accompagné des ministres Élizabeth Borne (Transports), Jacques Mézard (Cohésion des Territoires), Gérald Darmanin (Action et Comptes publics) et Benjamin Griveaux (secrétaire d'État à l'Économie), le président de la République va retrouver les salariés de l'entreprise Whirlpool, qu'il avait rencontrés durant l'entre-deux-tours, dans un face-à-face plus que chaotique.

Après son retour à Whirlpool, M. Macron devait inaugurer mardi un nouveau site d'Amazon dans la région.

"Emmanuel Macron est remonté dans les sondages en septembre mais surtout à droite et beaucoup moins dans les catégories populaires", relève Jean-Daniel Levy, expert à l'institut Harris Interactive.

Related Articles