L'enquête s'accélère, plusieurs gardes à vue et perquisitions — Attaque de Marseille

L'enquête s'accélère, plusieurs gardes à vue et perquisitions — Attaque de Marseille

Les investigations ont notamment permis d'établir qu'il avait écouté sur Internet des chants religieux islamiques, d'après une autre source proche de l'enquête.

Seul un iPhone a été retrouvé sur le corps d'Ahmed H., tué par un militaire de l'opération Sentinelle après avoir égorgé et poignardé deux femmes sur le parvis de la gare Saint-Charles à Marseille, ce dimanche.

35 ans après, "Blade Runner" court toujours... et c'est magique
La découverte de K l'entraîne à la recherche de Rick Deckard ( Harrison Ford ), un ancien blade runner disparu depuis trente ans. Les rôles secondaires sont juste de passage, Harrison Ford fait peine à voir et Ryan Gosling ne sait pas trop où aller.

Les enquêteurs se concentrent sur la personnalité du tueur, qui a perpétré son crime au cri d'"Allah Akbar", selon des témoins. "La violence des coups et leur nombre montrent que l'auteur a fait preuve de détermination au moment de son passage à l'acte", a-t-on précisé de source proche du dossier. Le groupe État islamique a revendiqué l'attaque, mais cette revendication jihadiste "pose vraiment question, car aucun élément ne relie l'assaillant à l'EI, à ce stade ", a souligné une source proche de l'enquête. L'enquête se concentrait, hier, sur le profil de l'assaillant, un étranger en situation irrégulière au sujet duquel le procureur de Paris, François Molins, a livré plusieurs détails.

L'assaillant avait présenté un passeport tunisien à Lyon, lors de son interpellation pour la dernière fois vendredi suite à un vol à l'étalage avant d'être relâché le lendemain, à l'issue d'une garde à vue. C'est pour faire la lumière sur une éventuelle défaillance judiciaire ou administrative que l'Inspection générale de l'administration, saisie par le ministre de l'Intérieur, doit commencer à enquêter mercredi. En outre, "la personne de permanence à la préfecture du Rhône, ayant autorité pour signer l'Obligation de quitter le territoire (OQTF) et le placement en centre de rétention de l'assaillant de Marseille, était absente", selon cette même source. Il se trouvait encore à Lyon samedi après-midi. "Ce triptyque permettra d'appréhender dans toutes ces dimensions les éventuels dysfonctionnements qui ont pu avoir lieu et d'en tirer des propositions pour améliorer les dispositifs actuels", assurent-ils.

Related Articles