Lourd désaveu pour Anne Hidalgo — Pollution à Paris

Lourd désaveu pour Anne Hidalgo — Pollution à Paris

Un an après la fermeture à la circulation d'une partie des voies sur berge dans le centre de Paris, l'organisme Airparif a rendu mardi 10 octobre ses conclusions sur les effets sur la pollution de l'air de cette mesure controversée. "Des impacts sont aussi perceptibles sur quelques itinéraires de report". La piétonnisation de la rive droite de la Seine, décidée par la maire de Paris, Anne Hidalgo, n'a pas eu d'impact "significatif" sur l'exposition de la population à la pollution de l'air, a indiqué lundi Airparif. Mais dans le même temps, les niveaux de dioxyde d'azote restent "au-dessus des valeurs réglementaires, comme pour beaucoup d'axes routiers dans l'agglomération parisienne". De manière générale, "ces impacts ne touchent pas la pollution de fond et restent limités aux abords des axes routiers concernés".

- "mais aussi une dégradation plus ou moins marquée autour des carrefours dans cette zone et à l'Est, dès la fin de la portion piétonnisée".

La police espagnole se préparerait à l'interpellation de Carles Puigdemont
José Manuel Lara Hernández, le père, avait affirmé qu'en cas d'indépendance, il prendrait la porte de l'Espagne . Le président catalan a finalement opté pour garder ouverte la voie de la négociation avec Madrid .

Le suivi de la qualité de l'air a été assuré par l'organisme indépendant Airparif, qui a réalisé deux campagnes saisonnières: une en période hivernale, publiée en mars dernier, et une en période estivale.

"Aucun impact significatif sur l'exposition des populations n'a été mis en évidence à la hausse ou à la baisse". Les itinéraires de substitutions - comme le boulevard Saint-Germain - empruntés par les automobilistes pour pallier à la fermeture des quais, enregistrent eux, une légère dégradation de la qualité de l'air, avec une augmentation jusqu'à 5% du niveau moyen du dioxyde d'azote. La mairie a, pour sa part, salué le fait que la mesure n'avait "pas eu d'effet négatif sur la qualité de l'air" et qu'"au contraire, les niveaux de pollution dans la zone concernée ont baissé jusqu'à 25%". "C'est une bonne nouvelle, qui confirme une fois de plus que le parc Rives de Seine constitue un vrai espace de respiration pour les Parisiens et les visiteurs", a déclaré Christophe Najdovski, adjoint à la mairie en charge des transports, dans un communiqué. "A l'échelle de Paris ou de l'Ile-de-France, la piétonnisation des berges est un non-sujet du point de vue de la pollution", ajoute-t-il.

Related Articles