Science et Culture : Les Etats-unis se retirent de l'UNESCO

Science et Culture : Les Etats-unis se retirent de l'UNESCO

La décision des États-Unis de sortir de l'Unesco est regrettable, surtout qu'il s'agit de l'une des organisations les plus efficaces de l'Onu, estime la diplomatie russe. A l'époque, en pleine guerre froide, la bataille culturelle faisait rage et l'Unesco était considéré par les républicains (déjà) comme une institution trop administrative, trop politisée, et trop "communiste".

Coup de tonnerre diplomatique avec le retrait des Etats Unis de Donald Trump de l'UNESCO, Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture. "Cette décision n'a pas été prise à la légère et reflète les inquiétudes des États-Unis concernant l'accumulation des arriérés à l'Unesco, la nécessité d'une réforme en profondeur de l'organisation, et ses partis pris anti-israéliens persistants", a. Les États-Unis conserveront pourtant un statut d'observateur, a précisé la diplomatie américaine. La raison? Le choix de l'organisation de déclarer la vieille ville de Hébron, en Cisjordanie occupée, "zone protégée" du patrimoine mondial.

Attentat de Marseille. Un deuxième frère du tueur arrêté en Suisse
Ancien combattant de l'Etat islamique en Syrie, il serait à l'origine de la radicalisation de son frère Ahmed. Dimanche 1er octobre, deux femmes ont été tuées à l'arme blanche à la gare principale de Marseille.

Pour l'anecdote, les Etats-Unis comptent 23 sites inscrits au patrimoine mondial, culturel ou naturel. "L'universalité est essentielle à la mission de l'Unesco pour construire la paix et la sécurité internationales face à la haine et à la violence, par la défense des droits de l'homme et de la dignité humaine", souligne dans un communiqué Irina Bokova. En effet, le suspense reste entier trois jours après le début des élections d'un nouveau Directeur général de l'Unesco, les résultats du 3e tour de mercredi ayant montré que la lutte est essentiellement entre le Qatar et la France. On dit vouloir lutter contre le terrorisme, l'Unesco est un rempart contre le terrorisme, par les programmes éducatifs qu'elle lance. "C'est une perte pour le multilatéralisme", commente-t-elle encore. Ou encore "nous travaillons avec l'OSCE pour produire de nouveaux outils pour les éducateurs contre toutes les formes d'antisémitisme, comme nous l'avons fait pour combattre le racisme anti-musulman dans les écoles". Quelques heures suivant cette décision américaine, c'est Israël qui annonce à son tour, son intention de quitter l'organisation. "Notre candidature à la direction générale de l'Organisation prend, dans ces circonstances, une signification nouvelle".

"Nous devions effectuer un versement de 60 millions de dollars à l'Unesco en novembre et nous ne le ferons pas", annonce alors la porte-parole du département d'Etat Victoria Nuland. Ce retrait américain vise-t-il à propulser la candidature de la candidate française de peur de voir l'ancien ministre qatari de la Culture, Hamad Bin Abdulaziz Al-Kawari, propulsé à la tête de l'UNESCO? L'Egypte et l'Arabie saoudite notamment s'en inquiètent même s'ils ont largement revendiqué le poste pour leur groupe, qui ne l'a jamais occupé.

Related Articles