États-Unis: tensions entre Donald Trump et ses principaux conseillers

États-Unis: tensions entre Donald Trump et ses principaux conseillers

Selon la chaîne américaine NBC, Donald Trump aurait avancé cette possibilité lors d'une réunion en juillet sur l'état des forces américaines dans le monde, à laquelle participaient les plus hauts responsables militaires du pays ainsi que Rex Tillerson, chef de la diplomatie. Il a déjà reproché à la chaîne de télévision d'avoir affirmé qu'il souhaitait décupler l'arsenal nucléaire des États-Unis.

- Donald J. Trump ( tDZ realDonaldTrump) 11 octobre 2017 Le général Jim Mattis, secrétaire à la Défense, a abondé dans le même sens, affirmant que ces informations étaient "totalement fausses".

Trump s'est attaqué aux médias qui diffusent ce genre d'informations. "Mauvais pour le pays", a ainsi écrit le président américain, qui franchit ainsi une nouvelle étape dans sa croisade contre les médias.

Le Président américain Donald Trump n'a pas laissé sans réponse la déclaration du sénateur républicain Bob Corker, selon qui il risquait de placer les États-Unis "sur le chemin de la Troisième guerre mondiale".

A plusieurs reprises durant la campagne et après son élection, Donald Trump avait ravivé le spectre d'une nouvelle course aux armes nucléaires. Selon les témoignages recueillis par la chaîne américaine, Rex Tillerson aurait traité le président américain de "débile" après cette rencontre. M. Tillerson a nié avoir tenu de tels propos. Les Etats-Unis " doivent fortement renforcer et accroître leur capacité nucléaire", avait-il ainsi lancé dans un tweet fin décembre. "Et je peux vous dire qui va gagner", a ajouté M. Trump.

Annonce de la composition de l'UEFA Nations League
La Ligue B comprend les 12 associations suivantes au classement, la Ligue C les 15 suivantes et la Ligue D les 16 dernières. Si le deuxième s'est lui aussi qualifié via les éliminatoires, sa place ira au troisième et ainsi de suite.

Quelques heures après la publication de l'entrevue, M. Trump a réitéré sa confiance en Rex Tillerson, mais des sources proches du président affirment qu'il est de plus en plus insatisfait de l'ancien PDG d'ExxonMobil.

Le vice-président Mike Pence aurait même dû intervenir pour lui demander d'être plus respectueux mais aussi pour le persuader de ne pas démissionner.

L'Accord de Paris et l'entente sur le nucléaire iranien sont parmi les motifs de désaccord entre les deux hommes.

" Le président parle en son nom personnel", avait rétorqué Rex Tillerson.

Related Articles