Trump envisagerait d'annoncer sous peu une révocation de l'accord — Nucléaire iranien

Trump envisagerait d'annoncer sous peu une révocation de l'accord — Nucléaire iranien

Bombardée de questions sur cette formule surprenante, Sarah Huckabee Sanders, porte-parole de l'exécutif américain, n'a apporté aucun éclairage sur sa signification ou sa portée exacte.

D'après le Washington Post, citant des sources proches du dossier, la position du Président Trump ne signifie pas la dissolution de l'accord mais ouvre la porte à des modifications.

Le président américain Donald Trump devrait annoncer sous peu son intention de ne pas confirmer que Téhéran respecte cet accord, ce qui ouvrirait la voie à sa dénonciation. "Comme il l'a dit à de nombreuses occasions, le président n'annoncera jamais à l'avance" sa stratégie, a-t-elle répondu.

Une loi oblige le président américain à dire au Congrès, tous les 90 jours, si l'Iran respecte le texte et si la levée des sanctions qui l'accompagne est bien dans l'intérêt national des États-Unis.

Toutefois, des responsables de la Maison Blanche ont incité à la prudence concernant les informations sur un discours du président Trump jeudi prochain au cours duquel il rendrait sa décision publique. La loi donne en effet à ce dernier en cas de "non-certification", 60 jours pour décider de réimposer ou non les sanctions.

Total va vendre gaz et électricité aux particuliers sous son nom
Ce dernier propose une offre de gaz et d'électricité aux particuliers sous son propre nom en France. La marque " Total Spring " se substitue à Lampiris à partir de ce jeudi.

Poids lourd de l'administration Trump, le ministre de la Défense Jim Mattis a affirmé mardi que, selon lui, maintenir cet accord nucléaire était dans l'intérêt national des Etats-Unis.

L'Iran et les autres signataires (Chine, Russie, France, Royaume-Uni et Allemagne) défendent cet accord historique conclu en 2015 pour garantir le caractère pacifique du programme nucléaire iranien, contre une levée de sanctions.

" Le régime iranien soutient le terrorisme et exporte la violence et le chaos à travers le Proche-Orient", a-t-il souligné au début d'une réunion à la Maison Blanche en présence des principaux responsables militaires du pays.

" C'est peut-être bien le calme avant la tempête", a-t-il ajouté, sans donner d'avantage de précision.

Related Articles