Voiture de police brûlée : plusieurs condamnations à de la prison ferme

Voiture de police brûlée : plusieurs condamnations à de la prison ferme

Les images du véhicule en flammes et d'un policier parant à mains nues de coups de tige métallique avaient fait le tour du monde. Sept des neuf militants antifascistes accusés d'avoir participé à divers degrés à l'attaque d'une voiture de police à Paris en mai 2016 ont été reconnus coupables des faits qui leur étaient reprochés par le tribunal correctionnel de Paris, mercredi.

La peine la plus lourde, sept ans de prison ferme, a été prononcée contre le Suisse Joachim Landwehr, en fuite.

Trois ans ferme pour la figure du mouvement. Il écope de 5 ans de prison, dont 3 ferme mais sans mandat de dépôt.

Le président s'est appuyé sur le témoignage controversé d'un policier anonyme, et des indices allant de la couleur d'un caleçon à des bagues pour trouver une "corrélation parfaite entre l'auteur des faits" et le descendant de l'écrivain Georges Bernanos, qui a toujours contesté.

Thomas Richaud a été quant à lui condamné à deux ans de prison (dont un avec sursis), pour avoir mis des coups de pieds et de poing dans le véhicule. Kara B., transgenre américaine de 28 ans qui comparaissait détenue, a été condamnée à quatre ans de prison dont deux avec sursis pour avoir, notamment, lancé un plot métallique sur le pare-brise de la voiture. Il avait reconnu les faits et écope de 4 ans de prison (dont 2 avec sursis).

Les réactions — Harvey Weinstein
Dans un article à charge du New Yorker , trois nouveaux témoignages de femmes assurent qu'elles ont été violées par le producteur. Weinstein a également confirmé qu'il n'y avait jamais eu de représailles contre des femmes qui avaient refusé ses avances ".

La peine la plus lourde, sept ans, a été annoncée en l'absence du prévenu. Il est actuellement recherché et visé par un mandat d'arrêt. Leandro Lopes a été condamné à un an de prison avec sursis pour "participation à un groupement en vue de la préparation de violences". Le second a été condamné à une amende de 1000 euros pour refus de prélèvement ADN.

Un important dispositif de sécurité.

Bloquée dans la circulation à proximité, quai de Valmy, dans le Xe arrondissement de Paris, une voiture siglée police nationale s'était faite attaquer par plusieurs personnes encagoulées.

Après la lecture du délibéré, de nouveaux slogans ont retenti devant la salle et les militants présents ont été évacués par les gendarmes.

Au palais de justice de Paris, les peines contre les "antifas" ont été accueillies mercredi par des clameurs de protestation d'une quarantaine de partisans des prévenus. Après cette attaque, survenue le 18 mai 2016 sur fond de contestation dans la rue de la loi Travail, et de grogne montante des policiers contre la "haine anti-flics", le Premier ministre Manuel Valls avait réclamé des "sanctions implacables". La voiture de police a été incendiée et l'un des policiers a reçu des coups de barre de fer.

Related Articles