"Avalanche de départs à LREM : "100 " marcheurs " claquent la porte !

Une centaine de membres et d'élus du parti La république en marche (LREM), du Président Emmanuel Macron, ont annoncé leur intention de quitter le mouvement le 17 novembre, soit la veille du congrès du parti.

"Le prochain 'sacre' de Christophe Castaner, élu à la tête du parti avant l'heure en l'absence de concurrents, laisse peu d'espoirs aux militants en attente de démocratie", peut-on lire dans la tribune. Moins de six mois après sa création, la République en Marche traverse une crise existentielle. Qu'en sera-t-il de son avenir au sein du gouvernement?

Et malgré une profession de foi porteuse d'un futur fait de rêves, pour raccrocher la base militante, malgré une profession de foi porteuse d'une nouvelle promesse d'entendre la colère des concitoyens français, le mal est fait.

Christophe Castaner doit être élu samedi patron de La République en Marche. Passer du mythe de "l'Armée de l'An II " au militantisme éclairé.

Une centaine d'adhérents d'En Marche! ont annoncé mardi dans une tribune qu'ils quittaient le parti faute d'y trouver "démocratie" et "éthique", dans une tribune dont les signataires restent anonymes jusqu'à vendredi.

La France accrochée par l'Allemagne à l'ultime seconde
Tout sauf un détail. "Avec la blessure de Giroud, Lacazette sera titulaire devant". Match amical de premier plan entre l'Allemagne et la France ce soir à Cologne.

"La démocratie n'est pas En Marche!".

- Dommage que le mouvement de La République en Marche qui refuse l'appellation de parti ne soit pas parvenu à sortir de l'expérimentation des mooc, des laboratoires d'idées, des protocoles, des process.

- Dommage que La République en Marche n'ait pas su mettre en avant une ligne politique affirmée proposant un corpus idéologique et assumant des convictions dans lesquelles les militants puissent se retrouver.

C'est la désignation de Christophe Castaner, déjà porte-parole du gouvernement, secrétaire d'État chargé des relations avec le Parlement, à la tête du " conseil " de La République en Marche (LREM) qui a mis le feu aux poudres. Ils ne veulent pas "se retrouver en souffrance éthiquedans un vide idéologique navrant où seul demeure le jeu pervers de la courtisanerie, censé appartenir à "l'ancien monde politique" ". "Alors oui La République en Marche a des oreilles qui marchent bien et qui entendent tout, mais elle ne semble pas avoir ni les dispositions affectives ni la structuration psychique qui lui permettent de savoir écouter", ajoutent les "100 démocrates", soulignant que "La République en Marche est tout sauf bienveillante et empathique".

Related Articles