Le gouvernement engage la vente de 4,73% du capital de Renault — France

Le gouvernement engage la vente de 4,73% du capital de Renault — France

Après l'opération, qui a pris la forme d'un placement institutionnel, l'Etat ne détiendra plus que 15,01 % de Renault.

De plus, "en vue de la réalisation d'une offre réservée aux salariés et aux anciens salariés du groupe", le constructeur français a souhaité prendre part à cette opération et a donc acquis 1,4 million d'actions, soit 10% de l'ensemble des titres cédés par l'Etat.

"Cette opération est donc un succès stratégique, obtenu dans des conditions patrimoniales favorables puisque l'État enregistre une plus-value de plus de 55 millions d'euros sur cette opération", a estimé le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire.

Alors que l'Etat est régulièrement pointé du doigt pour son manque d'efficacité et de clairvoyance dans son rôle d'actionnaire, il a profité de la remontée progressive de l'action Renault en septembre, puis d'un ultime rebond depuis le 25 octobre.

Les 14 millions d'actions avaient été acquises à 86 euros en avril 2015, proche du cours de clôture de 86,60 euros jeudi soir à la Bourse de Paris. C'est ce qu'a indiqué l'Agence des participations de l'Etat (APE).

Doom File Size On Switch Revealed For Single Player and Multiplayer
In a financial briefing , Nintendo showed data detailing how registered Nintendo Account users play on the console while online. Not only did the hype meet expectations and beyond, but the sales of the game went beyond expectation as well.

L'acquisition de ces titres avait déclenché des mois de crise en 2015 entre le japonais Nissan et le gouvernement français, avant qu'un compromis soit trouvé pour encadrer l'influence de l'Etat au sein de Renault.

Bercy, qui avait présenté la montée au capital dans Renault comme transitoire en 2015, a ainsi attendu deux ans et demi pour s'en débarrasser, en attendant que le cours retrouve son niveau de l'acquisition.

Carlos Ghosn, le tout puissant patron de l'Alliance Renault-Nissan, peut être satisfait.

Au terme de ce placement, l'État restera le premier actionnaire de Renault, avec 15,01% de son capital. L'Etat français redescend à 15,01% du capital du constructeur. Selon un document du Sénat pour le projet de loi de Finances 2016, l'Etat avait acquis les titres en avril 2015 pour un montant de 1,258 milliard d'euros.

Related Articles