Le patron de Michelin pense toujours à la présidence du Medef

Le patron de Michelin pense toujours à la présidence du Medef

Le patron de Michelin Jean-Dominique Senard a fait acte de candidature à la succession de Pierre Gattaz par voie de presse, mais bute sur la limite d'âge. Pressenti pour prendre les rênes du Medef, le PDG de Michelin a expliqué qu'il ne souhaitait pas que les statuts de l'organisation patronale soient modifiés pour lui permettre de se présenter, dans un entretien au Figaro publié mardi 28 novembre.

Hormis Jean-Dominique Senard, deux candidats sont déjà sortis du bois, le président du Medef Auvergne-Rhône-Alpes, Patrick Martin, ou encore Frédéric Motte, président du Medef Hauts-de-France. "À quelques semaines d'une élection importante, ce serait inopportun et donnerait le sentiment d'une manipulation, justifie-t-il". Il admet donc ne pas pouvoir être candidat "en l'état". Interrogé sur ce qui se passerait si Pierre Gattaz, actuel président du Medef, démissionnait pour provoquer un scrutin anticipé, M. Senard a répondu "on verra ", relevant par ailleurs, sans donner de détails, qu'il y a "sûrement d'autres solutions " qu'une démission rapide de M. Gattaz.

La deuxième, plus simple, consisterait à sacrifier la fin du mandat de Pierre Gattaz, comme le suggère Le Figaro dans l'interview.

L'éruption du volcan Agung s'intensifie à Bali
Deux Balinais hindouïstes quittent le temple Besakih, qui se situe sur les pentes du volcan Agung. Pour l'instant, nous leur avons fourni des salles pour déballer leurs affaires et des vidéos.

Jean-Dominique Senard, qui réaffirme vouloir mener son mandat chez Michelin jusqu'au bout, c'est-à-dire jusqu'en mai 2019, va-t-il trouver une astuce pour se présenter à la tête du Medef? "Mais je resterai toujours disponible et je m'exprimerai", dit-il.

Jean-Dominique SENARD. - J'avais envisagé - j'avais même souhaité - me présenter à la présidence du Medef tant les enjeux auxquels doivent faire face les entreprises françaises, et le pays tout entier, sont considérables. Les. Le président de la firme au Bibendum exclut également de se présenter dans un "ticket" avec une autre personnalité. "Une institution n'est pas indispensable pour porter une parole".

Related Articles