Les sociaux-démocrates prêts à "discuter" pour sortir de la crise — Allemagne

Les sociaux-démocrates prêts à

Dans un entretien au Passauer Neue Presse, le député social-démocrate Johannes Kahrs a demandé à M. Schulz de faire preuve d'ouverture d'esprit lors de sa rencontre avec M. Steinmeier.

"Les obstacles sont moindres pour eux que pour nous", a-t-il ainsi dit au Bild am Sonntag, estimant qu'une coalition "Jamaïque" aurait "éclaté en mille morceaux en quelques mois" en raison des divergences sur de nombreuses questions allant des migrations au climat et aux réformes de la zone euro. Mais Stern, qui plaide pour de nouvelles élections, pronostique que "marier de nouveau le SPD à Angela Merkel serait un harakiri politique pour la social-démocratie allemande".

Le 20 novembre, la Bourse de Francfort a ouvert en petite baisse de 0,5%, mais elle a terminé sa séance en hausse de. Le parti a enregistré la pire défaite de son histoire lors des élections législatives du 24 septembre dernier.

L'Allemagne a fait un pas vers une sortie de crise, hier, le chef des sociaux-démocrates (SPD), Martin Schulz, renonçant à son opposition de principe (depuis son résultat humiliant aux législatives de septembre) à une alliance avec Angela Merkel pour former un gouvernement.

Tsonga crée l'égalité en finale de la Coupe Davis
Le Belge a aussi transformé 5 de ses 11 occasions de bris, tandis qu'il n'en a offert aucune à son rival classé 18e à l'ATP. Si les deux premiers joueront le double, les deux autres formeront la paire de double.

Volker Kauder, chef du groupe CDU au Bundestag, la chambre basse du parlement, a appelé jeudi les sociaux-démocrates à revenir sur leur décision de se cantonner dans l'opposition.

"Le refus de Schulz de participer à un gouvernement sème le trouble au SPD", titre le quotidien Süddeutsche Zeitung.

Dans la même enquête, le bloc conservateur gagne deux points de pourcentage en une semaine à 33% des intentions de vote et le SPD prend un point à 22%. Elle a réuni dimanche soir les dirigeants de la CDU pour discuter de la situation. Mis sous pression par des membres de son propre camp qui n'ont eu de cesse ces derniers jours de l'encourager à ouvrir des discussions avec Angela Merkel, Martin Schulz a lui évoqué, vendredi, "l'appel dramatique " de Frank-Walter Steinmeier aux partis politiques allemands pour empêcher le pays de tomber dans la crise, rappelle Les Échos. Mais une alliance avec les conservateurs, sous une forme ou une autre, exigerait un changement de direction, qui n'aurait probablement pas lieu avant le prochain congrès du SPD, du 7 au 9 décembre. Mais selon lui, avant d'accepter toute proposition de coalition qui unirait sociaux-démocrates et conservateurs pendant quatre nouvelles années, le SPD doit se faire expliquer par Angela Merkel sa vision du futur gouvernement.

"L'Allemagne a besoin de façon urgente d'un gouvernement stable et fiable". Il a à cet égard invité à un échange jeudi la chancelière, Horst Seehofer et Martin Schulz. La chancelière a par ailleurs précisé cette semaine qu'elle préférait retourner devant les électeurs pour un nouveau scrutin législatif plutôt que diriger un gouvernement minoritaire.

Related Articles