Nicolas Hulot reporte l'objectif de baisse de 50 % prévu pour 2025 — Nucléaire

Nicolas Hulot reporte l'objectif de baisse de 50 % prévu pour 2025 — Nucléaire

En juillet, le ministre avait déclaré qu'il faudrait "peut-être" arrêter la production de 17 réacteurs pour respecter l'ambition de 2025 puis il avait avancé, une semaine plus tard, le chiffre de 25.

Nicolas Hulot a admis hier que la France ne pourra pas ramener la part du nucléaire de 77 % actuellement à 50 % en 2025. Dans la foulée, Nicolas Hulot a remis en question la loi de Transition énergétique en reportant l'échéance de 2025. " Sauf à relancer la production d'électricité à base d'énergies fossiles", a-t-il prévenu à l'issue du conseil des ministres.

La réduction de la part du nucléaire en France va prendre plus de temps que prévu.

La loi de 2015 sur la transition énergétique prévoit de ramener de 75 % à 50 % d'ici à 2025 la part de l'atome dans la production d'électricité française.

Par conséquent, "il sera difficile de tenir l'objectif de ramener à 50% la part du nucléaire d'ici 2025", a résumé l'ex-animateur de télévision. "Et ça se fera au détriment de la fermeture des centrales à charbon et probablement que si l'on voulait s'acharner sur cette date, il faudrait même rouvrir d'autres centrales thermiques", a souligné le ministre de la Transition énergétique.

Deschamps : Fekir n'est pas un robot
Muet depuis sept matchs avec l'Atletico Madrid, l'attaquant français vit un début de saison compliqué. N'hésitez pas à réagir et à débattre dans l'espace "Ajouter un commentaire".

Le gestionnaire des lignes à haute tension, filiale d'EDF, estime en effet que l'ambition de revenir à 50% à un horizon de huit ans s'accompagnerait d'un doublement des émissions de CO2 du système électrique. Dans ce dernier, l'objectif de réduction de la part du nucléaire à 50% de la production en 2025 paraît également hors d'atteinte, et qu'il devrait être repoussé à 2030: selon RTE, " la fermeture d'un nombre important de réacteurs nucléaires (de l'ordre de vingt-quatre) doit être accompagnée par une forte accélération du développement des énergies renouvelables et de la construction de nouvelles centrales au gaz (plus de 11 000 MW) pour atteindre l'objectif de 50% de production nucléaire, fixé par la loi de transition énergétique ".

"Il est temps de faire preuve de courage politique pour agir en faveur de la sécurité des Français face aux risques liés à l'exploitation des centrales nucléaires ainsi qu'au devenir des déchets nucléaires", a ajouté Michel Dubromel, président de France Nature Environnement.

RTE a d'ores et déjà prévenu qu'il pourrait être amené à prendre des mesures "exceptionnelles" allant jusqu'à des coupures programmées cet hiver pour assurer l'alimentation des foyers français.

Hulot a toutefois confirmé que la centrale nucléaire de Fessenheim (nord-est) sera fermée durant le quinquennat.

Related Articles