Sylvester Stallone accusé d'agression sexuelle sur mineure, il dément

Sylvester Stallone accusé d'agression sexuelle sur mineure, il dément

Selon le témoignage de la victime présumée, qui avait souhaité rester anonyme à l'époque, le garde du corps l'aurait forcée à lui faire une fellation. Puis, Sylvester Stallone aurait menacé l'adolescente en lui disant qu'il lui "frapperait la tête" si elle ne gardait pas le silence.

Néanmoins, si ces accusations sont vérifiées et que la victime se décide à comparaître, cela pourrait causer du tort à Stallone qui s'apprête à tourner Creed 2.

Après Harvey Weinstein, James Toback, Kevin Spacey ou plus récemment Tom Sizemore, Ed Westwick ou bien John Travolta, une autre star hollywoodienne est accusée d'agression sexuelle. Les faits se seraient déroulés en 1986, alors que Sylvester Stallone tournait Le Bras de fer de Menahem Golam. Le document rapporte que la jeune fille s'est sentie "très mal à l'aise" lorsque Mike De Marco a pris part à l'acte, qu'elle "n'avait envie d'aucun contact sexuel avec le garde du corps mais qu'elle avait ressenti qu'elle n'avait pas le choix"; "Elle déclare qu'aucune force physique n'a été utilisée, mais qu'elle s'est sentie intimidée".

Sylvester Stallone dans Daylight
UNIVERSAL Daylight

D'après un rapport de police que s'est procuré le journal britannique "Daily Mail", l'acteur aurait alors eu une relation sexuelle avec la jeune fille et lui aurait proposé de coucher avec deux hommes en même temps. "C'est une histoire ridicule et totalement fausse". Personne n'a jamais eu conscience de cette information avant qu'elle ne soit publiée aujourd'hui, pas même Monsieur Stallone.

Juste après les faits, l'acteur l'aurait menacée afin qu'elles n'ébruitent pas les faits, les deux hommes étant mariés. Mais l'acteur, au sommet de sa gloire, avait alors conclu un marché avec elle sans en passer par les tribunaux. Les studios à Hollywood ont déjà prouvé qu'ils voulaient à tout prix dissocier leur image de celles d'éventuels prédateurs sexuels.

L'ONU échoue à voter la poursuite des enquêtes chimiques en Syrie
Washington s'y oppose et réclame dans son texte des sanctions pour les responsables d'utilisation d'armes chimiques en Syrie. Moscou a dit non, pour la deuxième fois en trois semaines, à la poursuite des enquêtes chimiques en Syrie.

Related Articles