Atos jette l'éponge, Thales rafle la mise — Gemalto

Atos jette l'éponge, Thales rafle la mise — Gemalto

Cet "accord de rapprochement" valorise Gemalto à environ 4,8 milliards d'euros (contre une offre d'Atos qui s'élevait à 4,3 milliards).

PARIS, 17 décembre (Reuters) - L'équipementier pour l'aérospatiale et la sécurité Thales a annoncé dimanche une contre-offre sur Gemalto au prix de 51 euros par action, contre 46 euros pour celle d'Atos, lançant une bataille d'enchères franco-française pour le spécialiste de la sécurité numérique.

Dimanche après midi, Atos se refusait à tout commentaire.

L'Etat est le premier actionnaire de Thales, avec 26% du capital, devant Dassault Aviation avec 25%. La nouvelle entité " se classera parmi les trois principaux acteurs mondiaux sur le marché en forte croissance de la sécurité numérique ", avec un chiffre d'affaires de 3,5 milliards d'euros, plus de 28 000 ingénieurs, 3 000 chercheurs et plus de 1 milliard d'euros de recherche et développement. Et le groupe n'a rien dit concernant ce sujet.

Thales, qui compte boucler l'offre au second semestre 2018, apporte toute une série d'assurances pour apaiser toute crainte de Gemalto, comme la garantie de ne pas supprimer d'emplois.

"Dubois ? On nous a bien mené en bateau" — Kita
En novembre dernier, Ouest-France expliquait que les discussions autour d'une prolongation de Léo Dubois étaient en bonne voie. Déjà un accord avec un club de L1 pour Dubois? N'hésitez pas à réagir et à débattre dans l'espace "Ajouter un commentaire".

Thales précise qu'il financera l'offre en utilisant sa trésorerie disponible et un financement bancaire dédié d'un montant de quatre milliards d'euros.

Au Total, en incluant la reprise de 800 millions de dette de Gemalto, Thales consacrera 5,6 milliards d'euros au rachat de Gemalto.

" Notre projet bénéficiera à l'innovation et à l'emploi, tout en respectant les enjeux de souveraineté liés aux technologies stratégiques ", a souligné Patrice Caine, le PDG de Thales, qui n'anticipe pas de suppressions d'emplois liées à l'opération et s'engage à préserver l'emploi dans les activités françaises de Gemalto au moins jusqu'à fin 2019.

Lazard, Messier Maris & Associés et Société Générale sont les conseillers financiers de Thales et Deutsche Bank et J.P. Morgan ceux de Gemalto.

Related Articles