Harcèlement : Donald Trump dénonce des "histoires inventées"

Harcèlement : Donald Trump dénonce des

"Je demande que les membres du Congrès mettent de côté leur affiliation politique et enquêtent sur les comportements sexuels inappropriés de M. Trump", a ainsi déclaré Rachel Crooks. Réunies lundi sur le plateau de la matinale de la chaîne NBC, elles ont demandé au Congrès d'ouvrir une enquête pour "comportement sexuel inapproprié " contre Donald Trump. Parmi elles, Rachel Crooks, ancienne réceptionniste à la Trump Tower de New York. Deux sénateurs démocrates, Cory Booker et Jeff Merkley, avaient par ailleurs appelé pendant le week-end le président à démissionner en raison des accusations de comportement sexuel inapproprié portées contre lui. Donald Trump sera-t-il le prochain sur la liste?

Trois femmes, qui avaient déjà mis en cause Donald Trump durant la campagne présidentielle, se sont retrouvées ensemble lundi sur un plateau de télévision. Le timing et l'absurdité de ces fausses déclarations, ainsi que l'écho et l'ampleur qu'elles prennent, montrent bien qu'elles sont motivées politiquement.

"Ces accusations sont crédibles", a-t-elle dit dans une interview accordée à Christiane Amanpour, de CNN.

L'OM n'épargne pas ses supporters
Pour la réception de Saint-Etienne dimanche soir, le parcage des South Winners sonnera creux. La partie haute du virage Sud sera donc fermée.

En révélant les agissements d'Harvey Weinstein, Ronan Farrow et d'autres journalistes après lui, ont brisé un tabou qui a permis à la parole des victimes de se libérer. L'émission était alors présentée par Megyn Kelly, ancienne présentatrice de Fox News, contre qui Donald Trump avait proféré des propos sexistes. Jessica Leeds, une septuagénaire, a pour sa part accusé l'homme d'affaires de l'avoir touchée et embrassée sans son consentement dans un avion dans les années 70. "Il avait ses mains partout, il m'embrassait et me touchait", a-t-elle témoigné. Deux d'entre elles ont notamment assuré avoir été victimes d'agression sexuelle de sa part. Samantha Holvey, qui avait participé au concours de beauté Miss USA du magnat de l'immobilier, a quant à elle raconté que Donald Trump, qui avait rencontré les participantes dans les coulisses, les avait dévisagées de manière particulièrement concupiscente, comme si elles étaient "un morceau de viande". Dimanche, l'ambassadrice américaine à l'ONU Nikki Haley avait affirmé que les femmes qui ont accusé le président de harcèlement sexuel et gestes déplacés "devraient être écoutées".

"Lundi, un groupe de 54 élues démocrates de la Chambre des représentants a adressé à la commission de Contrôle de la Chambre une lettre réclamant une enquête".

"La décrivant comme quelqu'un qui, " il n'y a pas si longtemps, venait dans mon bureau en suppliant pour des dons pour sa campagne", il a ajouté, dans une formule chargée en sous-entendus, qu'elle était " prête à tout " pour obtenir ces financements.

Related Articles