Les Palestiniens cherchent des soutiens avant une décision US sur Jérusalem

Les Palestiniens cherchent des soutiens avant une décision US sur Jérusalem

Une décision qui marque également une rupture après plusieurs décennies de la politique américaine au Proche-Orient et risque d'alimenter les tensions dans la région.

Le président palestinien Mahmoud Abbas s'est entretenu par téléphone avec plusieurs dirigeants étrangers - dont les présidents français Emmanuel Macron et turc Recep Tayyip Erdogan - " pour leur expliquer les dangers que comporterait toute décision de transférer l'ambassade (américaine) à Jérusalem ou de reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël", a indiqué son conseiller diplomatique, Majdi al-Khalidi.

Ce communiqué a été publié peu après que la presse américaine a rapporté vendredi que le président Donald Trump envisageait de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, et qu'il pourrait faire une déclaration dans ce sens dès mercredi. La prochaine échéance intervient demain, selon le département d'Etat, qui a réaffirmé vendredi à l'AFP qu'aucune décision n'avait encore été prise.

Pourquoi l'inculpation de Michael Flynn est une mauvaise nouvelle pour Donald Trump
Flynn a menti quand il a dit ne pas avoir discuté de sanctions avec celui qui était à l'époque l'ambassadeur russe aux États-Unis. Flynn fait l'objet d'une seule accusation d'avoir "volontairement et consciemment" menti au FBI le 24 janvier.

Abou-Ali a souligné qu'une telle décision reviendrait à donner à Israël le feu vert pour continuer à enfreindre les résolutions internationales et à occuper les terres palestiniennes, et a appelé Washington à agir comme un "intermédiaire impartial" dans le processus de paix. "La première est celle du HAMAS qui menace de raviver l'intifada".

Si Israël considère la Ville sainte comme sa capitale "éternelle et réunifiée", les Palestiniens estiment au contraire que Jérusalem-Est doit être la capitale de l'Etat palestinien auquel ils aspirent. Mais son vice-président Mike Pence, attendu mi-décembre à Jérusalem, vient de réaffirmer que le transfert était "sérieusement envisagé". Ce qui fait de son statut l'un des noeuds les plus épineux du conflit. Au-delà de cette épineuse question, Jared Kushner a reçu de son beau-père l'immense tâche de relancer un processus de paix au point mort entre Israéliens et Palestiniens.

Dans le cadre de la solution à deux Etats proposée par l'ONU, les Palestiniens souhaitent créer un Etat indépendant dans les frontières d'avant 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale. "Ils regardent les menaces régionales et je pense qu'ils voient qu'Israël, leur ennemi traditionnel, est en fait devenu un allié naturel pour eux", a-t-il ajouté, évoquant un front commun contre l'Iran chiite ou la menace jihadiste.

Related Articles