L'ONU condamne la décision de Trump — Jérusalem capitale d'Israël

L'ONU condamne la décision de Trump — Jérusalem capitale d'Israël

Israël n'a pas l'intention de reconnaître le vote sur Jérusalem à l'Assemblée générale des Nations unies qui n'est qu'une "maison des mensonges", a déclaré le Premier ministre du pays, Benjamin Netanyahu. "Le président observera attentivement ce vote et il a demandé que je lui signale les pays qui auront voté contre nous ".

"Toutes ces nations qui prennent notre argent et votent contre nous au Conseil de sécurité ou à l'Assemblée prennent des centaines de millions de dollars et des milliards de dollars et votent contre nous", a déclaré Trump lors de la dernière réunion de son cabinet. Neuf s'y sont opposés.

Sans aller jusqu'à l'approbation, 35 pays ont opté pour l'abstention.

"Dans les milieux diplomatiques, on laisse entendre que le pays s'en tient à sa position de principe". "Ce vote est une victoire pour la Palestine" a déclaré Nabil Abou Rodeinah conseiller du président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas. Celui-ci affirme que toute décision sur le statut de Jérusalem "n'a pas de force légale, est nulle et non avenue et doit être révoquée".

Un train déraille dans l'État de Washington — États-Unis
Selon certains experts, le déraillement aurait pu être évité si le système PTC avait été installé sur l'ensemble de la ligne. Le train était équipé de la technologie pendulaire , qui permet d'atteindre une plus grande vitesse.

"Le lien historique entre Israël et Jérusalem est plus fort que tout vote des " Nations unies " - des nations qui ne sont unies que par leur peur et leur refus de reconnaître une simple vérité: Jérusalem est la capitale d'Israël et du peuple juif", a affirmé Gilad Erdan, ministre des Affaires stratégiques et de la Sécurité intérieure. Trente-cinq Etats, dont le Canada, le Mexique, l'Argentine, la Pologne ou la Hongrie, se sont abstenus et 21 n'ont pas pris part au scrutin. Le président américain les a menacés de couper les financements américains et de prendre bien note des votants.

"Les États-Unis se sont disqualifiés eux-mêmes", a indiqué à Paris le leader palestinien, qui a refusé de rencontrer le vice-président américain Mike Pence lors de son prochain voyage au Proche-Orient, et alors que les États-Unis préparent un plan de paix pour la région devant être dévoilé aux alentours du printemps 2018. "Notre réponse à la campagne de l'ONU menée par Abu Mazen et ses partisans contre les Etats-Unis et Israël sera de renforcer notre souveraineté, notre sécurité et nos constructions dans chaque quartier de Jérusalem", a-t-il ajouté. Les menaces des USA sont regrettables car dans les relations internationales, c'est le dialogue qui doit prédominer.

Le fait que les États-Unis aient subi un échec retentissant lundi, avec l'approbation du texte par ses 14 partenaires, dont ses principaux alliés européens, France et Royaume Uni en tête, illustre un changement de pouvoir. Particularité de l'Assemblée générale, qui compte 193 membres, aucun pays n'a de droit de veto sur les résolutions, qui ne sont pas contraignantes.

Related Articles