Mahmoud Abbas a-t-il trouvé un soutien diplomatique à Paris ?

Mahmoud Abbas a-t-il trouvé un soutien diplomatique à Paris ?

En visite à Paris, le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a affirmé ce vendredi qu'il n'accepterait "aucun plan de la part des États-Unis ".

En attendant, sur le terrain, un dixième Palestinien est tombé vendredi à Gaza sous les balles des soldats israéliens, à la suite de manifestations de protestation contre la décision américaine qui ne faiblissent pas depuis le 6 décembre. Il s'est exprimé à l'issue d'une rencontre avec Emmanuel Macron à l'Elysée.

"Les États-Unis se sont disqualifiés eux-mêmes", a ajouté le président palestinien, qui a refusé de rencontrer le vice-président américain Mike Pence lors de son prochain voyage au Proche-Orient, et alors que les États-Unis préparent un plan de paix pour la région devant être dévoilé aux alentours du printemps 2018. La France reconnaîtra l'Etat de Palestine "au moment opportun "et pas sous la pression, a-t-il déclaré".

"Décider unilatéralement de reconnaître la Palestine est-il efficace?" s'est-il interrogé en réponse à une question d'un journaliste du Figaro.

PSG - Mercato : La Lazio sort du silence pour Milinkovic-Savic
Selon le Corriere dello Sport , le PSG serait prêt à faire une offre démesurée pour s'attacher les services de Milinkovic-Savic. Les deux Manchester, ainsi que le FC Barcelone ou encore la Juventus Turin ont aussi des vues sur Sergej Milinkovic-Savic.

Pour le président français, les États-Unis sont désormais "marginalisés" dans ce dossier, mais il n'a pas pour autant dit que la France allait se précipiter pour endosser un rôle moteur dans cette crise qui empoisonne les relations internationales depuis des décennies. Le président français a été très critique sur la décision de Donald Trump de considérer Jérusalem comme la capitale d'Israël. "Car ce serait une réaction" à la décision américaine "qui a provoqué des troubles dans la région", a-t-il développé.

Affirmant que la diplomatie française faisait preuve d'un "esprit de méthode", le président Macron a écarté toute reconnaissance unilatérale par la France d'un État palestinien.

Les Etats-Unis seront totalement exclus dans un processus de paix isréalo-palestinien. Et début décembre, Vladimir Poutine s'était déclaré "fortement préoccupé "après l'annonce américaine, appelant les parties prenantes au conflit israélo-palestinien à la "retenue" et au dialogue". Un argument un peu court quand on sait que le refus français est bien antérieur à la décision de Trump à propos de Jérusalem.

Related Articles