Migrants esclaves. Les dirigeants s'engagent

Migrants esclaves. Les dirigeants s'engagent

Cette décision a été prise suite à une concertation entre les dirigeants de neuf pays européens et africains, de l'ONU, de l'Ua et de l'Ue. Cette rencontre a eu lieu pour lutter contre l'esclavage d'émigrés clandestins, un fléau qui est apparu en Libye, et qui a été révélé par CNN lors d'un reportage diffusé en novembre.

"D'abord une action d'extrême urgence pour évacuer de Libye toutes celles et ceux qui veulent et peuvent l'être et les aider à revenir vers leur pays d'origine. Mais en Libye, la traite d'êtres humains est faite contre des Africains par des Africains", a-t-il lancé devant ses homologues, les exhortant à agir plutôt que de se "renvoyer les responsabilités ". Nous devons aller plus loin et accélérer le programme de rapatriement volontaire vers leur pays d'origine " pour ceux qui n'ont pas droit à l'asile, avec l'OIM (Office international des migrations), a ajouté le président Macron.

Enfin, parmi les nouvelles mesures prises en commun, le président a évoqué la mise en place d'une campagne de communication, dont le but est de "sensibiliser la jeunesse africaine" afin de la détourner d'un "exode qui se conclut trop souvent en drame" [RFI].

Le président français a, en outre, indiqué qu'il a, également été décidé "de mettre en place, une coopération renforcée sur le plan de la sécurité et de l'intelligence pour démanteler les réseaux de trafiquants". Libération rappelle que "60% de la population africaine a moins de 25 ans, et des centaines de milliers de jeunes désespérés par le chômage, la pauvreté et l'absence de perspectives dans leurs pays" s'aventurent clandestinement vers l'Europe dans l'espoir d'une vie meilleure.

Pourquoi l'inculpation de Michael Flynn est une mauvaise nouvelle pour Donald Trump
Flynn a menti quand il a dit ne pas avoir discuté de sanctions avec celui qui était à l'époque l'ambassadeur russe aux États-Unis. Flynn fait l'objet d'une seule accusation d'avoir "volontairement et consciemment" menti au FBI le 24 janvier.

Selon une annonce faite par le Président français Emmanuel Macron, il sera procédé à une évacuation de migrants victimes des trafiquants en Libye, dans les prochains jours.

Le président français souhaite aussi, "dans le cadre de l'ONU, procéder à des sanctions individuelles, financières et de contrainte physique " contre les passeurs "et les juger", car ils sont aussi "liés à réseaux terroristes ".

Mercredi soir, déjà, Emmanuel Macron avait assuré que des rapatriements d'urgence seraient organisés depuis la Libye.

Related Articles