Une délégation russe en visite — Corée du Nord

Une délégation russe en visite — Corée du Nord

Cette déclaration d'un porte-parole de la présidence américain vient contredire les propos tenus par le secrétaire d'Etat Rex Tillerson qui affirmait mardi que Washington était prêt à négocier avec le régime nord-coréen "sans condition préalable".

Ces déclarations marquent un changement de ton de la part de Washington, qui exigeait jusqu'à présent que Pyongyang accepte en premier lieu que la finalité d'éventuels pourparlers soit de renoncer à son arsenal nucléaire. "Nous sommes prêts à discuter dès que la Corée du Nord voudra discuter", a déclaré Rex Tillerson. Rex Tillerson a toutefois rappelé, comme par le passé, que des discussions ne pourraient intervenir qu'après "une période de calme (.) Ce serait difficile de parler si au milieu de nos discussions vous décidez de tester un autre engin ".

On ignore cependant dans quelle mesure Rex Tillerson, dont l'influence sur la diplomatie américaine paraît faible, bénéficie du soutien du président américain Donald Trump pour proposer une telle ouverture diplomatique.

Une délégation du ministère russe de la Défense est arrivée à Pyongyang, la capitale nord-coréenne, annonce aujourd'hui l'ambassade de Corée du Nord à Moscou, citée par l'agence Interfax. Les actions de la Corée du Nord ne sont bonnes pour personne et elles ne sont certainement pas bonnes pour la Corée du Nord'.

Le rendez-vous pour la planète — One Planet Summit
En juin dernier, à la surprise générale, Donald Trump avait annoncé le retrait des États-Unis de l'accord de Paris, décision très décriée et condamnée notamment par Emmanuel Macron.

La Maison blanche a affirmé mercredi qu'il ne pouvait pas y avoir de discussions entre les Etats-Unis et la Corée du Nord sans "une amélioration fondamentale du comportement" du gouvernement nord-coréen.

Ce n'est pas la première fois que la présidence américaine contredit publiquement le secrétaire d'Etat sur la question des programmes nucléaire et balistiques nord-coréens.

Selon lui, par chaque lancement de missile, Pyongyang démontre quels fonds sont alloués dans le programme nucléaire, mais aussi il devient "de plus en plus isolé de la communauté internationale".

Related Articles