Bourges : cinq personnes mises en examen dans une affaire de maltraitance

Bourges : cinq personnes mises en examen dans une affaire de maltraitance

Dans le Centre-Val de Loire, une fillette de 6 ans a été prise en charge à l'hôpital de Bourges ce week-end après avoir subi des actes de maltraitance.

À son arrivée à l'hôpital, la fillette de six ans est dans le coma.

Elle était déjà dans un état critique. Au vu de son état, les médecins ont alors rapidement décidé, de la transférer à l'hôpital de Tours. L'enfant, amené sous une fausse identité, présente de multiples ecchymoses, des traces de morsures et de brûlures et un hématome sous-dural compressif, c'est-à-dire un épanchement de sang dans la boîte crânienne, précisera ensuite le procureur de la République de Bourges Joël Garrigue. Elle avait pourtant donné une fausse identité avant de prendre la fuite. Les enquêteurs ignorent pour l'heure s'il s'agit du père de l'enfant.

Sa mère, âgée de 22 ans, et le compagnon, 24 ans, de celle-ci ont été interpellés à Toulouse alors qu'ils tentaient de fuir la police. Les deux femmes qui l'accompagnaient: la mère et l'une des soeurs du compagnon de cette dernière, précise Le Berry Républicain. Elles ont toutes les trois été arrêtées à Bourges ce mardi.

Un médecin limogé d'un hôpital, débouté en justice — France
Le port d'une barbe, même imposante , ne constitue pas à lui seul un signe religieux ostentatoire. Le médecin va se pourvoir devant le Conseil d'État .

Le compagnon aurait reconnu avoir donné quelques coups mais nie être responsable de l'ensemble des blessures, comme le rapporte France Bleu Berry.

Les mauvais traitements subis par la fillette étaient connus des services sociaux. Selon le procureur de la République de Bourges, Joël Garrigue, la fillette devait aussi être placée mais sa mère avait tout fait pour la garder auprès d'elle. Le petit frère de la victime avait été placé en juin dernier en famille d'accueil.

L'enquête ne fait que commencer. La petite fille est inanimée, dans le coma. La sœur et la mère du compagnon ont été mises en examen pour "non-dénonciation de maltraitance" et le frère du compagnon pour "non-assistance à personne en danger".

Related Articles