La Russie devrait maintenir sa croissance à 1,7% en 2018 — Banque mondiale

La Russie devrait maintenir sa croissance à 1,7% en 2018 — Banque mondiale

L'embellie se confirme pour 2018.

Les trois principales économies subsahariennes vont soutenir cette tendance. Le président de la Banque mondiale Jim Yong Kim a d'ailleurs souligné que "la reprise de la croissance mondiale est encourageante mais l'heure n'est pas à l'autosatisfaction".

Le taux de croissance du produit intérieur brut réel (PIB réel) de l'Algérie devrait s'établir ainsi à 3,6% en 2018, indiquent les prévisions de la Banque mondiale, publiées dans son dernier rapport sur les perspectives économiques mondiales.

Une performance due à la reprise des investissements, des activités manufacturières et des échanges commerciaux.

Dans sa dernière note macroéconomique, l'institution monétaire avait évoqué une croissance de 1,7 % en 2018 et 1,8 % en 2019, avant un léger tassement en 2020 (1,6 %).

La Banque mondiale est plus optimiste sur la croissance économique autour du globe cette année mais elle demeure réservée sur la capacité de la soutenir à long terme face à la tentation du protectionnisme et aux tensions géopolitiques.

Le tirage du 8 janvier 2018 en vidéo — Résultat Loto
En effet, depuis mars 2017, il n'est pas possible que les mêmes chiffres soient joués plus de 45 fois. Cette mesure a donc obligé les autres joueurs à remplir une grille avec d'autres numéros.

Dans les économies avancées, les Etats-Unis devraient en effet voir leur croissance économique accélérer à 2,5% en 2018 contre 2,2% attendu en juin. Le PIB de la zone euro devrait croître de son côté de 2,1%.

Avec cette prévision, la banque mondiale donne une bonne note à la politique économique du premier Ministre Ouyahia, qui a décidé de suspendre certains importations afin de garantir la croissance du pays et protège les réserves de devises algériennes. Les récents pics d'investissement observés illustrent des conditions financières favorables, une hausse des profits et de la confiance des entrepreneurs. L'autre géant, l'Inde, devrait voir sa croissance rebondir à 7,3% en 2018 après 6,7% l'an passé.

La BM a également ajusté à la hausse ses prévisions de croissance pour 2017 à 2,2% contre 1,8% prévu initialement ce qui représente un écart de 0,4 point.

La Banque mondiale redoute qu'un "resserrement abrupt " des moyens de financement mondiaux compromette la croissance.

Ils pointent notamment les risques d'une reprise fragile. "C'est une excellente occasion d'investir dans le capital humain et physique".

La réduction de la pauvreté et des inégalités fait partie des grands objectifs de la Banque mondiale. "Si les responsables politiques à travers le monde privilégient ces investissements essentiels, ils pourront améliorer la productivité nationale, accroître le taux d'activité".

Related Articles