Le gouvernement veut installer un téléphone dans chaque cellule — Prison

Le gouvernement veut installer un téléphone dans chaque cellule — Prison

Le Monde annonce en effet mardi que le ministère de la Justice a lancé récemment un appel d'offres afin de procéder à cette installation.

Un équipement qui se ferait progressivement et concernerait plus de 50 000 cellules de 178 établissements pénitentiaires. Contacté à ce sujet, le ministère de la Justice n'avait pas répondu à nos sollicitations lors de la parution de l'article. Et cela sur le modèle d'une expérience qui est pratiquée depuis le mois de juillet 2016 à la prison de Montmédy, dans la Meuse.

Les détenus pourront appeler les numéros que l'administration ou un juge auront autorisés. L'entreprise qui sera retenue à l'issue de l'appel d'offres financera l'investissement, elle se rémunérera sur le prix des communications payées par les détenus. Une expérimentation concluante, qui a "permis d'apaiser les tensions" dans cet établissement, selon le ministère. "C'est donc compliqué", a mis en avant la chancellerie.

Francis Ngannou vs. Stipe Miocic is the UFC's dream come true
While Miocic's situation clearly isn't the UFC's promotional bread-and-butter, he at least has a worthy foil in Ngannou. Ngannou also has an almost unbelievable rags-to-riches biography to match Miocic's middle America wholesomeness.

Dans les prisons en Lorraine, 3.102 objets ont été saisis dans les cellules et sur les détenus entre janvier et septembre 2017. Un arrêt de 2009 de la cour européenne des droits de l'Homme interdit la fouille systématique des détenus. "Nous n'avons qu'une quinzaine [de brouilleurs] et comme la technologie avance plus vite que les budgets, ils sont en 3G", notait en 2016 dans le JDD Mario Guzzo, responsable des bâtiments centraux de la prison de Fleury-Mérogis. Et Christopher Dorangeville d'ajouter que le procédé devrait, selon lui, "faire gagner du temps aux surveillants, dont les journées sont déjà surchargées, car il ne faudra plus aller chercher le détenu et l'amener au 'point phone'".

Toutefois, installer des téléphones filaires dans chaque cellule peut être une bonne idée si elle est accompagnée de moyens en personnels et de dispositifs tels que les brouilleurs pour éradiquer les téléphones portables.

La limitation restrictive à quelques numéros l'interpelle aussi. " Le téléphone est nécessaire au détenu pour maintenir le lien avec la famille, mais aussi avec un cercle social, pour chercher du travail, contacter des associations de réinsertion. Le service de renseignement avait discrètement fait passer le message aux services pénitentiaires de ne surtout pas saisir son portable. 400 personnes sont chargées du renseignement pénitentiaire dans toute la France.

Related Articles