NDDL: l'aéroport s'en va, les zadistes comptent bien rester (vidéo)

NDDL: l'aéroport s'en va, les zadistes comptent bien rester (vidéo)

C'est désormais officiel, le projet de construction de l'aéroport à Notre-Dame-des-Landes est abandonné.

La préfète de Loire Atlantique et les services de l'Etat se disent prêts à entamer le dialogue avec les zadistes qui le souhaitent, pour examiner leur situation et la possiblité pour eux de rester ou non. "Vous imaginez si j'avais fait peser cette menace pour arracher cette décision..., Pas une seconde dans les heures que nous avons passées sur ce dossier je n'ai fait valoir cette hypothèse", a-t-il clamé sur RTL. "C'est un déni de démocratie", a-t-il dénoncé dans la presse locale.

Après l'officialisation de cette décision, le groupe Vinci a déclaré qu'il se tenait "à la disposition de l'Etat".

La tempête fait deux morts aux Pays-Bas et un en Italie
Dans les massifs montagneux du Hartz (centre), des rafales allant jusqu'à 203 km/h ont été relevées, du jamais vu dans le pays. Les bateaux de pêcheurs sont également restés à quai, tout comme le ferry reliant l'île de Texel (nord) à la terre ferme.

Une banderole proclamant "Et toc" était posée sur la tour de garde située en plein coeur de la ZAD, là où aurait dû être bâtie la tour de contrôle.

"Prendre cette décision, c'est sûr, n'a pas été facile", écrit l'Acipa, association "institutionnelle" d'opposants, dans ce document. Les échanges sont restés au niveau technique aéronautique, évitant soigneusement les questions politiques comme l'évacuation de la ZAD. On propose que les terres redeviennent des terres agricoles. Bruno Le Maire a annoncé jeudi vouloir que le " coût soit le plus réduit possible " après que le gouvernement a décidé mercredi qu'il allait falloir moderniser l'actuel aéroport de Nantes Atlantique. dont Vinci est le concessionnaire. Le Premier ministre reçoit les parlementaires de Loire-Atlantique en début d'après-midi à Matignon. " Il n'y a pas de position unanime sur la ZAD à ce sujet", expliquait mercredi Marcel Thébault, agriculteur installé à Notre-Dame-des-Landes depuis 1999.

Les rapporteurs de la médiation avaient estimé qu'un abandon du projet pourrait contraindre l'État à indemniser Vinci jusqu'à 350 millions d'euros. Un point que le Premier ministre n'a pas évoqué. Le ministre de l'Economie s'est par ailleurs engagé "personnellement" à veiller au développement économique du Grand Ouest. Au programme des réjouissances: une piste rallongée et une fréquentation largement augmentée. Pour Jean-Paul Naud, maire (sans étiquette) de Notre-Dame-des-Landes, l'idéal est de pouvoir " la rouvrir sans l'intervention des forces de l'ordre ". Ces engagements devront être tenus.

Related Articles