ADP, Renault... les privatisations reviennent en force

ADP, Renault... les privatisations reviennent en force

Ce scénario serait d'ailleurs celui envisagé par le gouvernement, qui estime que même sans être propriétaire des aéroports, il conserverait suffisamment de marge de manoeuvre pour peser sur les décisions.

L'État français souhaite céder l'intégralité de sa part majoritaire de 50,6% au capital d'ADP, selon une source proche du dossier. "Il dispose d'une régulation forte et de garde-fou suffisant pour conserver ses droits sur les dessertes, le foncier et la sécurité", explique une source à BFM Business. En parallèle, il compte bien conserver un rôle actif sur ces sites stratégiques: "6.600 hectares d'aérogares et 412 hectares de réserves foncières".

L'inclusion de la privatisation d'ADP, aux côtés de celle de la Française des Jeux, dans la loi Pacte qui sera arbitrée samedi à Matignon est en effet dans les limbes depuis l'été dernier.

8 mars, journée internationale des droits des femmes
Militer contre les violences faites aux femmes sur leur lieu de travail, c'est l'appel lancé par le collectif "8 mars 15h40 ".

Cette loi permettra notamment à l'Etat de passer sous les 50% de participation, ce qui est impossible pour le moment.

Le Premier ministre devrait rendre samedi son arbitrage final sur la privatisation du gestionnaire des aéroports d'Orly, Roissy-CDG et du Bourget. La loi sera ensuite transmise au Conseil d'État le 16 mars prochain et présentée en Conseil des ministres le 18 avril prochain. Une durée assez longue pour ne pas dévaloriser l'entreprise et handicaper sa privatisation. Le français Vinci fait figure de favori, d'autant qu'il détient déjà 8% d'ADP.

Une fois prête, cette loi Pacte devrait être soumise au parlement en octobre prochain, permettant de privatiser ADP dès la fin de l'année 2018, ce qui apporterait à l'État un minimum de 8,2 milliards d'euros. Mais BFM Business estimeque l'Italien Atlantia (aéroport de Nice) et l'Espagnol Ferrovial participeront aussi sur l'enchère. L'État pourrait faire en sorte de favoriser les groupes ayant une expérience de gestion d'aéroports internationaux.

Related Articles