Entrée d'un convoi humanitaire dans la Ghouta — Syrie

Entrée d'un convoi humanitaire dans la Ghouta — Syrie

L'armée syrienne a réussi à pénétrer mercredi soir dans une ville clé de l'enclave de Ghouta orientale, dernier bastion insurgé aux portes de Damas soumis à d'intenses bombardements, a annoncé une ONG, l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Sept ans jour pour jour après le début du tragique conflit syrien, le régime de Bachar al-Assad, soutenu par son allié russe, semble lui plus que jamais déterminé à reconquérir l'intégralité du territoire -il est déjà parvenu à en reprendre plus de la moitié.

Après plus de trois semaines de pilonnages, il a repris le contrôle de plus de 70% de l'enclave, au prix d'un sanglant coût humain: près de 1.250 civils, dont plus de 250 enfants, ont été tués, tandis que plus de 4.800 ont été blessés, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). "Hammouriyé est désormais quasiment vide", a rapporté l'un d'eux. Selon lui, une moyenne de 800 personnes par heure empruntent le couloir humanitaire pour quitter l'enclave rebelle.

Mercredi soir, la ville de Hammouriyé avait été le théâtre de violents bombardements, d'après un correspondant de l'AFP. "Les blessés sont sur les routes".

Jeudi, un correspondant de l'AFP a pu voir l'étendue des dégâts: des immeubles complètement effondrés, les décombres entravant les rues.

Retour au calme après l'accord avec les enseignants — Guinée
Les syndicalistes présents à cette assemblée ont réaffirmé par "Non" leur ferme opposition à la proposition du gouvernement. Aucune sanction ne sera par ailleurs appliquée aux personnels du ministère ayant participé à la grève.

Douma est encore contrôlée par les rebelles du Djaïch al Islam, un des groupes qui opèrent dans la Ghouta orientale, où les forces pro-gouvernementales syriennes ont progressé ces dernières semaines, parvenant à isoler l'enclave en trois poches distinctes.

'Le convoi est entré dans la Ghouta et se dirige vers Douma', la principale ville de l'enclave, a dit ce porte-parole, Pawel Krzysiek. Le déchargement de la cargaison a toutefois dû être brièvement interrompu à cause d'obus tombés à proximité, selon un correspondant de l'AFP. Il s'agit d'un convoi conjoint du CICR, du Croissant-Rouge syrien et de l'ONU composé de 25 camions destinés à 26.100 personnes, selon la même source. Cette troisième livraison d'aides à Douma en dix jours "n'est qu'une petite partie de ce dont ces familles ont besoin", a-t-il néanmoins souligné.

Un précédent convoi humanitaire a rallié la ville vendredi dernier.

Un autre exode a lieu dans le même temps dans le nord-ouest de la Syrie, où 30'000 civils ont également pris la fuite depuis mercredi face aux bombardements turcs sur la ville d'Afrine, un bastion des combattants kurdes des Unités de protection du peuple (YPG). "Pendant combien de temps, les puissances qui sont derrière ces combats vont-elles les laisser s'éterniser?", a-t-il déclaré, cité dans un communiqué.

L'unique voie de sortie d'Afrine étant désormais visée par des bombardements, qui ont tué mercredi 10 combattants prorégime, de nombreux civils décident de se faire aider par des passeurs contre de grosses sommes d'argent pour fuir la ville, selon l'OSDH.

Related Articles