Les différents scénarios après les législatives — Italie

Les différents scénarios après les législatives — Italie

"L'équipe est celle de centre droit", a-t-il répété pour confirmer son engagement aux côtés de Silvio Berlusconi et son espoir que la coalition de la droite et de l'extrême droite qui réunit 37 % des suffrages puisse dégager une majorité au Parlement.

Berlusconi prêt à aider la Ligue à former un gouvernement.

Forza Italia (FI), son principal partenaire au sein de la coalition de centre-droite, se classe derrière la Ligue avec environ 14 % des votes.

Mais ces résultats, outre la grande déception de la gauche qui a été laminée et le retour triomphal de l'extrême droite xénophobe et islamophobe, révèlent la fragilité d'un électorat qui a voté massivement, surtout au Sud, pour une formation politique nouvelle, le M5S, qui n'a pas une grande expérience dans la gestion des affaires du pays et qui a été l'objet de critiques acerbes quand ses candidats ont eu à gérer des villes, comme la capitale.

Prié hier de dire s'il était disposé à laisser émerger une candidature plus rassembleuse que la sienne pour la présidence du Conseil, Matteo Salvini a répondu " non ". "Nous avons le droit et le devoir de gouverner dans les prochaines années", a-t-il ajouté. La coalition + Europa d'Emma Bonino ne passe pas la barre des 3 % qui permettait d'obtenir des sièges au scrutin proportionnel, et la gauche radicale de LeU atteint à peine les 3,3 %.

Le consentement sexuel à 15 ans, qu'est-ce que cela impliquerait ?
Et ce sera inscrit dans le projet de loi contre les violences sexistes qui sera présenté le 21 mars en conseil des ministres. Dans leur rapport remis ce lundi à Matignon, les auteurs recommandent de fixer le seuil à 15 ans .

"Les vainqueurs de cette bataille électorale sont Matteo Salvini et Luigi di Maio", le chef de file du M5S, mais "tout cela ne conduit à aucune forme de gouvernabilité", assure ainsi l'éditorialiste de La Stampa. Seuls 21% soutiennent Matteo Salvini. Alors seulement, M. Mattarella entamera ses consultations.

Cet échec de la gauche est aussi celui de Matteo Renzi, le jeune Florentin de 43 ans, leader du parti démocrate qui a annoncé lundi 5 mars sa démission de la direction du parti démocrate. Ce rassemblement de plusieurs sensibilités de gauche, dissidentes du parti démocrate, avait été lancé début décembre 2017 par le président du Sénat et ancien juge anti Mafia, Pietro Grasso, lui-même battu dans sa circonscription de Palerme.

L'actuel ministre de l'Industrie, Carlo Calenda, qui a annoncé mardi son adhésion au Parti démocrate, a prévenu des risques d'une alliance avec le M5S tout en admettant qu'un soutien pourrait être envisageable au cas par cas. Certains d'entre eux envisageraient d'ailleurs d'entamer des discussions avec le Mouvement 5 Etoiles pour négocier un gouvernement, une option difficile à imaginer si Matteo Renzi reste à la tête du parti.

Les résultats définitifs des élections législatives n'ont toujours pas été publiés en raison d'une contestation dans le Latium, la région de Rome.

Related Articles