L'implication de la Russie "très probable" selon May — Agent double empoisonné

L'implication de la Russie

Theresa May a expliqué devant les députés avoir donné jusqu'à mardi soir à Moscou pour fournir des explications à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

"La politique actuelle menée par le gouvernement britannique envers la Russie constitue un jeu très dangereux avec l'opinion publique britannique", affirme le porte-parole de l'ambassade dans un communiqué.

Dans le bras de fer qu'elle vient d'engager avec Moscou, suite à l'empoisonnement de l'ex-agent double russe Sergueï Skripal et de sa fille le 4 mars dernier dans le sud de l'Angleterre, la Première ministre britannique vient de recevoir le soutien de Washington.

Pour Theresa May, c'est la main de Moscou.

Elle pourrait annoncer des mesures de rétorsion contre Moscou, telles que l'expulsion de diplomates, la révocation de visas ou encore un boycott diplomatique de la Coupe du monde de football en Russie. Nick Bailey, l'officier de police, également empoisonné est "conscient" mais se trouve "dans un état sérieux mais stable".

Quels risques pour la population? .

L'Australie, la Pologne et le Japon pourraient se joindre à l'Angleterre pour boycotter la Coupe du Monde si les enquêteurs concluent que la Russie était derrière l'empoisonnement de l'ex-agent russe à Salisbury, rapporte le quotidien britannique The Times.

Un changement de nom en vue pour le Front national en France
Un cadre frontiste dit aussi avoir eu écho d'une "courte majorité +contre+ le principe d'un changement de nom ". Mais cet épisode conduit des militants à se demander si elle a encore la capacité à diriger le parti.

"Nous avons appris qu'il y a une contamination limitée dans le Mill Pub et le restaurant Zizzi à Salisbury", a déclaré Jenny Harries, directrice médicale adjointe de Public Health England, au cours d'une conférence de presse dimanche. Tous deux ont fréquenté ces lieux le 4 mars.Les clients s'étant rendus dans ces établissements entre le dimanche 4 mars en milieu de journée et leur fermeture, le lendemain, doivent laver leurs.

Ces conseils dispensés sept jours après l'incident ont provoqué la consternation.

"Cela fait une semaine".

Les lieux fréquentés par l'ex-espion et sa fille restent fermés et encadrés par un cordon de police, tandis que l'enquête se poursuivait. Elle a recueilli environ 200 éléments de preuve, outre une "énorme quantité" d'images de vidéosurveillance. C'est une enquête "complexe", a souligné dimanche le chef de la police de Wiltshire, Kier Pritchard.

La tentative de tuer l'ancien espion et sa fille, toujours hospitalisés lundi dans un état critique à Salisbury, ville du sud-ouest du pays, est restée en travers de la gorge des responsables britanniques.

Le 7 mars, Scotland Yard a confirmé que Skripal et sa fille avaient été exposés à un agent neurotoxique.

Related Articles