L'Union européenne menace à son tour Donald Trump — Guerre commerciale

L'Union européenne menace à son tour Donald Trump — Guerre commerciale

Interrogé mercredi sur la menace de Donald Trump d'imposer de fortes taxes sur l'acier et l'aluminium canadiens, le premier ministre Justin Trudeau ne s'avance pas sur une éventuelle riposte envers les États-Unis, contrairement à la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, qui avait annoncé lundi que des mesures "appropriées et rapides " seraient prises si le président américain décidait de mettre en application sa menace.

Un sénateur républicain, Jeff Flake, a lui immédiatement annoncé le dépôt prochain d'une proposition de loi visant à annuler ces taxes. "Si le Canada se couche, il y aura bien d'autres (dossiers) sur lesquels nous capitulerons", a-t-il ajouté, évoquant les précédentes taxes "sur le bois de construction, le papier, l'aéronautique...".

Le Canada, premier partenaire commercial et premier fournisseur d'acier et d'aluminium des Etats-Unis, en sera cependant exempté "pour le moment", de même que le Mexique. Ces derniers pourraient toutefois être imposés aux deux pays en cas d'échec des négociations sur l'ALÉNA.

L'évocation de ces exemptions intervient alors que le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross, a également donné des signes d'apaisement en assurant que la décision d'appliquer ces taxes avait été "mûrement réfléchie" et que les États-Unis ne cherchaient pas une guerre commerciale.

"Je tiens une promesse que j'ai faite en campagne", a justifié Donald Trump jeudi depuis la Maison-Blanche.

Le locataire de la Maison-Blanche a également pointé directement du doigt l'Allemagne en déclarant: "Nous avons des amis et aussi des ennemis qui ont énormément profité de nous depuis des années sur le commerce et la défense".

Airbus: 470 emplois touchés par les baisses de cadences
Le programme est néanmoins sauvé pour l'heure, grâce au contrat signé avec la compagnie Emirates en janvier dernier pour 36 appareils.

Le président a confirmé des taxes sur les importations d'acier et d'aluminium en ménageant, sous conditions, le Canada et le Mexique.

L'assouplissement du ton du président républicain coïncide aussi avec la demande d'une centaine d'élus républicains de la Chambre des représentants de ne pas imposer des taxes uniformes.

NEW YORK, 8 mars (Reuters) - La Bourse de New York a terminé en légère hausse jeudi, après une courte hésitation, Donald Trump semblant avoir assoupli sa position sur les tarifs douaniers, ce qui apaise les craintes de guerre commerciale qui agitait les marchés depuis une semaine.

Sur le plan extérieur, Washington s'est attiré les foudres de l'Union européenne qui a martelé qu'une guerre commerciale serait nuisible à toutes les parties y compris aux Etats-Unis. Cette liste, encore en discussion, comprend "des produits en acier, industriels et agricoles", et notamment "certains types de bourbon" ainsi que "le beurre de cacahuète, les airelles et le jus d'orange", a précisé Cecilia Malmström. La semaine précédente, Jean-Claude Junker a aussi cité les motos Harley Davidson et les jeans Levi's. En 2016, le montant total des échanges de biens (exportations et importations) de l'Union européenne, de la Chine et des États-Unis était presque identique, culminant à 3 455 milliards d'euros dans l'UE, soit 109 milliards d'euros de plus que la Chine et 125 milliards d'euros de plus que les États-Unis.

Il a rappelé que les États-Unis enregistraient un déficit "d'au moins 500 milliards" de dollars dans leurs échanges commerciaux avec la Chine "et si vous ajoutez la propriété intellectuelle, c'est encore beaucoup plus".

Related Articles