Malala Yousafzaï est de retour au Pakistan

Malala Yousafzaï est de retour au Pakistan

Un peu plus tard, lors d'un bref discours en présence du premier ministre Shahid Khaqan Abbasi, elle a versé quelques larmes en racontant à quel point il lui a été difficile de devoir attendre cinq ans avant de revoir son pays. Elle se dit heureuse de regagner son pays après ces cinq dernières années d'absence, a rapporté la même source. Si cela avait été possible, je ne (l)'aurais jamais quitté", a-t-elle ajouté, évoquant avec nostalgie la "beauté " de sa vallée natale de Swat. L'un d'eux avait demandé qui elle était avant de lui tirer une balle dans la tête.

" Bienvenue à MalalaYousafzai, la courageuse et résistante fille du Pakistan, de retour dans son pays ", a de son côté écrit l'homme politique Syed Ali Raza Abidi sur Twitter. Leur visite, qui doit durer quatre jours, n'avait pas été annoncée et leur itinéraire n'a pas été rendu public "pour des raisons de sécurité", ont indiqué les autorités.

"Elle est un symbole de courage pour tous les Pakistanais et nous nous réjouissons de sa visite".

Si elle est célébrée en Occident, son image est plus controversée dans son pays où certains la considèrent comme un "agent de l'étranger" manipulé ou payé pour nuire au Pakistan.

Outres les cercles islamistes radicaux, la jeune femme est également critiquée par une tranche de la classe moyenne qui croit qu'elle ternit l'image du pays.

Nombre de ses compatriotes ont toutefois salué l'annonce de son arrivée, notamment dans sa vallée de Swat et sur les réseaux sociaux. Elle a mis en place une fondation, le Malala Fund, qui soutient les initiatives en faveur de l'éducation, en particulier au Pakistan, au Nigeria, en Jordanie, en Syrie et au Kenya.

Attaque de Trèbes: hommage national à Arnaud Beltrame
Les personnels de la Préfecture et du Département de la Loire se sont aussi rassemblés dans la cour de l'hôtel du département. Gendarmes de la #GardeRépublicaine , du #GIGN , de l'#EOGN et de la #GendarmerieMobile vont se relayer toute la nuit.

Shaista Hakeem, une étudiante de l'universtité de Swat, l'a qualifiée d'"espoir pour les filles".

Malala avait exprimé le souhait de revenir. En janvier, elle déclarait au forum économique de Davos "espérer un jour rentrer au Pakistan ". Soignée en Angleterre, où elle vit depuis, elle s'est faite championne du droit des femmes à l'éducation.

Elle a reçu le prix Nobel de la paix en 2014 et a récemment été acceptée par la prestigieuse université d'Oxford.

Elle ne devrait d'ailleurs pas retourner dans sa région natale de Swat dans le nord-ouest d'Islamabad en raison de menaces contre elle.

Du haut de ses 11 ans, la fillette alimentait un blog sur le site internet de la BBC en ourdou, la langue nationale du Pakistan. Son crime: parler du climat de peur dans la vallée du Swat, d'où elle est originaire, et demander plus d'éducation pour les filles.

Related Articles