Début des opérations de déblaiement sur la ZAD — NDDL

Début des opérations de déblaiement sur la ZAD — NDDL

"Dès 6 heures ce matin, les gendarmes se sont redéployés dans la Zad avec de nouveaux barrages, raconte une journaliste de France 2". Les gendarmes ont répliqué par des tirs de grenades lacrymogènes et à effet de souffle aux divers projectiles (pierres, mottes de terre, bouteilles) lancés par quelque 70 zadistes massés derrière des barricades de fortune sur la route des " Fosses noires ". "250 flics à pied arrivent en direction de la Gréé à 200 m de la première barricade".

Un hélicoptère de la gendarmerie et un drone survolaient la ZAD.

Mardi, les heurts avaient été plus violents que la veille. Le ministère a fait état d'une nouvelle interpellation.

Selon un bilan ce mercredi midi de l'équipe médicale des zadistes, une vingtaine d'opposants ont été blessés dans la matinée, dont deux hospitalisés.

Lufthansa annule des vols, grève du secteur public allemand — Marché
Lufthansa a déjà annoncé l'annulation de " plus de 800 vols " mardi (soit un avion sur deux), et l'aéroport de Francfort s'attend à des " retards conséquents " et " des annulations de vols ".

L'opération d'expulsion, entamée lundi à l'aube, mobilise environ 2500 gendarmes et vise à rétablir l'ordre dans cette partie du bocage nantais, qualifiée de "zone de non droit" par le gouvernement. "Si ce soir (mardi), la préfecture ne retire pas ses troupes, c'est la mobilisation générale", a annoncé Julien Durand, porte-parole de l'Acipa, principale association d'opposants à l'ex-projet d'aéroport.

En détruisant les lieux de vie installés autour de la D281, où se cristallisaient les tensions depuis l'abandon du projet d'aéroport, les gendarmes ont détruit au passage des projets agricoles collectifs.

Les gendarmes mobiles ont ensuite ciblé un potager collectif, situé lui aussi à plus d'une centaine de mètres de la D281. Ils ont dû être évacués, selon Franceinfo citant le ministère de l'Intérieur. Sur ces 16, 15 ont été démolis, dont neuf mardi. La préfète de la région a annoncé mardi que l'objectif était de démanteler "de 30 à 40" sites. Six députés européens écologistes ont écrit ce mercredi à Edouard Philippe, lui demandant un "rendez-vous en urgence afin de discuter des solutions au nécessaire apaisement de la situation" sur le site de Notre-Dame-des-Landes. Mathieu Orphelin, député du Maine-et-Loire et François-Michel Lambert, député des Bouches du Rhône ont appelé à une pause dans l' évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.

Nicole Klein a cependant assuré qu'il n'y aurait "pas d'évacuation totale" de la ZAD, précisant: "On ne touche pas au bâti". "On ne s'est occupé que des squats, qui étaient des planches". Se disant "choqu (és)" par "l'intervention brutale de près de 2.500 gendarmes", les eurodéputés soulignent que "les expulsions et les destructions sans discernement créent une situation de violence dont personne ne maîtrise les conséquences potentiellement dramatiques et vont miner durablement la mise en place de projets multiples et constructifs tournant la page d'années de résistance".

Related Articles