François Hollande rappelle que Macron était un "total inconnu" avant lui — France

François Hollande rappelle que Macron était un

L'ancien président François Hollande s'invite avec fracas dans le débat politique français, en publiant mercredi un ouvrage intitulé "Les leçons du pouvoir", où il accuse notamment les réformes de son successeur, Emmanuel Macron, de "creuser les inégalités". Loin de se douter qu'Emmanuel Macron allait se présenter aux élections, François Hollande a confié dans son interview à L'Obs que selon lui "on ne construit rien sur le soupçon".

Entre ce qu'il considère comme une trahison de la part d'Emmanuel Macron et le bilan de son quinquennat, François Hollande fait le point dans un livre. C'est le titre du livre de François Hollande.

" Mes gouvernements réduisaient les inégalités". Dans cet ouvrage-bilan, l'ancien président défend son quinquennat mais revient aussi sur plusieurs événements de sa présidence.

Capello annonce la fin de sa carrière
Capello est libre de tout contrat depuis son départ du club chinois de Jiangsu, il y a moins de deux semaines. Fabio Capello met fin au suspense.

L'ancien président met aussi en garde son successeur de 40 ans contre un excès d'assurance, en particulier à l'international. Chaque fois que j'ai voulu aller trop vite ou trop brutalement, je n'ai pas été compris.

" Je voulais pouvoir dire aux Français ce qu'avait été ma responsabilité, mon action, dans une période éprouvante, marquée par les attentats, des négociations difficiles ", commence-t-il. De manière plus générale, M. Hollande prend ses distances avec l'effacement du clivage droite/gauche théorisé par M. Macron. " rappelle-t-il. Toutefois il s'est étonné du fait que Macron ait parlé de liens abîmés avec la religion catholique". J'ai toujours admis la compétition politique. En quelques formules bien senties, l'ancien chef de l'Etat règle aussi ses comptes avec d'anciens ténors du PS: Martine Aubry, qui l'avait assuré de son "soutien" en juin 2016 mais est restée muette, Arnaud Montebourg et Benoît Hamon qui, en poursuivant la "chimère" d'une réécriture des traités européens, "ont fait sombrer leur famille politique", et "ouvert à Jean-Luc Mélenchon un espace dans lequel il a constitué une force qui, si elle devenait dominante à gauche, interdirait le retour de la social-démocratie aux responsabilités".

Related Articles