La ministre Jacqueline Gourault s'emporte face aux députés Les Républicains

La ministre Jacqueline Gourault s'emporte face aux députés Les Républicains

Séance houleuse à l'Assemblée nationale dans la nuit du 18 au 19 avril qui aura vu Les Républicains (LR) se mettre en scène et la ministre auprès du ministre de l'Intérieur, Jacqueline Gourault (Modem), réagir violemment lors de l'examen à l'Assemblée nationale du projet de loi asile et immigration.

"A l'origine de l'incident: "pendant toute la soirée, les députés LR, notamment Fabien Di Philippo et Pierre-Henri Dumont, sont revenus à la charge contre le ministre de l'Intérieur - relayé par la ministre Jacqueline Gourault - pour savoir si le gouvernement avait un " plan caché de 40.000 régularisations " de sans-papiers, un chiffre évoqué par un élu de la majorité dans un article du " Monde ".

En commission, Gérard Collomb avait simplement indiqué que "lorsque nous aurons examiné l'ensemble des articles de cette loi, nous pourrons débattre de ce qu'il convient de faire au sujet des personnes qui se trouvent sans statut". Autour de minuit, après que la ministre auprès de ce dernier, Jacqueline Gourault a pris le relai, un échange très tendu a eu lieu dans l'hémicycle. Jacob, vous allez laisser continuer ces méthodes pendant longtemps?

Concernant l'annulation de l'élection du sénateur LR de l'Orne Sébastien Leroux, la Ministre a précisé que l'élection sénatoriale partielle aura lieu vers fin juin/ début juillet 2018, expliquant que le sénateur déchu ne pourra pas s'y représenter. "Ce sont des méthodes autoritaires qui ne sont pas acceptables en démocratie", a-t-elle tonné. "Qu'est-ce que c'est que ces méthodes?"

"C'est le gouvernement qui est responsable devant le Parlement, pas l'inverse", lui a répondu Christian Jacob.

Et si l'album posthume sortait le jour de son anniversaire — Johnny Hallyday
Le patrimoine de Johnny Hallyday était l'enjeu principal de la première audience qui s'est tenue le 30 mars. Toutefois, ils n'ont pas obtenu le droit de regard souhaité sur le dernier album de leur papa.

Cette sortie, jugée "maladroite" par plusieurs élus issus de la majorité ou non, a tout de même permis à la ministre de ne pas répondre aux questions posées ce qu'a regretté Christian Jacob.

L'attitude de la ministre a également été jugée " déplacée " par la socialiste Laurence Dumont.

Cette "soirée bizarre" au sein de l'Assemblée avait démarré avec de grosses tensions entre la majorité et les députés de gauche et LR, qui ont demandé de nombreux rappels au règlement pour un renvoi des débats. "Ceux-ci ont tour à tour dénoncé un " appel d'air " et l'ouverture annoncée des " vannes de l'immigration ".

Au final, seuls 27 amendements ont été étudiés et l'article 3 n'a pu être soumis au vote. Les débats devaient reprendre à 9h30 jeudi.

Related Articles