Un homme subit une deuxième greffe du visage — France

Un homme subit une deuxième greffe du visage — France

C'est une première mondiale, la seconde opération s'est déroulée dans la nuit du 15 au 16 janvier dernier. C'est à Paris que l'homme a été opéré, à l'hôpital européen Georges Pompidou.

Pour la première fois au monde, un homme a reçu deux greffes totales du visage. Mais en 2016 à cause d'un simple rhume, il avait ingéré des antibiotiques incompatibles avec son traitement immunodépresseur.

Pendant cette période, un traitement immunologique lourd est prévu pour éviter le rejet de cette deuxième greffe avec des séances de plasmaphérèse (changement du plasma sanguin) pour éliminer les anticorps développé contre le premier greffon et pour mettre son système immunitaire au repos.

Abdoulaye daouda Diallo et Cheikh Oumar Hann échange des coups — Podor
Les deux gardes rapprochés des adversaires du même camp politique se sont engagés dans une rude bataille. Chacun cherchait une issue pour se protéger de l'odeur et de la fumée toxique qui polluait l'atmosphère.

Malgré toutes ces précautions, le risque d'un rejet de greffe reste très présent, et lui impose d'être très rigoureux sur son traitement immunosuppresseur.

Après avoir affronté plusieurs mois de soins intensifs pendant lesquels il devait survivre sans visage en attendant qu'on lui trouve un donneur, Jérôme Hamon est envoyé au bloc le 14 janvier. "L'équipe a été époustouflée par son courage, renversée par sa force et son caractère" s'émeut Bernard Cholley, professeur d'anesthésie-réanimation à l'hôpital Pompidou, dans LeParisien. Parce qu'il est alors dans l'attente, et que jamais il ne s'est plaint. "J'ai considéré que c'était un nouveau visage et maintenant c'est pareil", dit aujourd'hui Jérôme Hamon. Et il paraît que d'ici l'été, il pourra à nouveau rire et sourire, et son visage marquer les expressions, il arrive même à plaisanter: "Ce qui est amusant, c'est qu'on me dit que j'ai rajeuni", dit-il dans le Parisien, en évoquant l'âge du donneur, 22 ans. Et bien sûr, la première question qui vient, en face d'un tel cas, c'est celle de son acceptation de sa nouvelle apparence, de sa nouvelle identité qu'il doit à nouveau assumer. "(.) Mais là, c'est bon, c'est moi".

Refaire un parcours extrêmement difficileToujours hospitalisé trois mois après son opération à Paris, Jérôme Hamon est apparu mardi 17 avril, le visage encore lisse et immobile, qui n'a pas encore épousé les traits de son crâne. ". Il assure qu'il se " sent très bien ", mais ajoute qu'il a "hâte d'être libéré de tout ça ".

Related Articles