Un programme d'IA avec le Pentagone divise en interne — Google

Un programme d'IA avec le Pentagone divise en interne — Google

Le lancement de cette pétition fait suite aux révélations, par Gizmodo, de l'approvisionnement du Pentagone en kits de programmation TensorFlow pour le déploiement du Project Maven, qui doit automatiser certaines tâches administratives au sein du département de la Défense en mettant à profit l'IA et le Big Data, et pourrait également servir à améliorer l'identification des cibles dans le cadre d'opérations menées par des drones militaires.

" Celui qui réussira à simposer comme leader dans la sphère [de l'intelligence artificielle] sera le maître du monde", avait déclaré Vladimir Poutine dans un message adressé à la jeunesse russe en septembre dernier. "Par conséquent, nous demandons que le projet Maven soit annulé et que Google rédige, publie et applique une politique qui mentionne clairement que ni Google ni ses prestataires ne construiront jamais des technologies de guerre", écrivent les signataires du texte. John Giannandrea viendra compléter l'équipe des seize haut-responsables d'Apple qui réfèrent directement à Tim Cook. L'outil peut par exemple être utilisé pour identifier de manière automatisée des bâtiments, véhicules ou humains figurant sur des photos ou vidéos. Il était entré chez le géant du web en 2010 quand sa société Metaweb avait été rachetée.

"Si elles sont développées, les armes autonomes seront la troisième révolution dans la guerre". Pour former une AI d'apprentissage machine, il faut en effet énormément d'analyses de données, quelque chose qu'Apple entend limiter, afin de mieux protéger la confidentialité de ses utilisateurs.

Le légendaire biathlète norvégien Bjoerndalen raccroche à 44 ans
Il compte 95 victoires individuelles (record), dont une en ski de fond, pour un total de 179 podiums en Coupe du monde. Le Norvégien a tout remporté dans sa carrière immense (8 titres olympiques, 6 gros globes de cristal).

"Nous savons que l'utilisation des nouvelles technologies ouvre de nombreuses questions". Si les implications éthiques ne sont pas compatibles avec les valeurs, la vision et les principes de la compagnie, alors il y a indéniablement une responsabilité à porter par la direction de l'entreprise, ainsi que par les personnes impliquées " dans le projet en question, affirme encore M. Gupta à Radio-Canada". Une réunion d'experts est d'ailleurs prévue du 9 au 13 avril à Genève.

" Sans un traité de non-prolifération des robots tueurs, rien n'empêchera une telle course à l'abîme", poursuit-il.

Related Articles